Questions d'orthographe Les règles d’orthographe du quotidien expliquées

« décade » ou « décennie » ?

Une décade est une période de dix jours, une décennie est une période de dix ans.

Pour ne plus les confondre, retenez cette phrase : « Si les décennies n’étaient que des décades, que je serais jeune encore ! » soupire le vieillard.

« empirer » ou « s’empirer » ?

Erreur couramment commise Ne dites pas, sous l’influence de « s’aggraver », que votre rhume « s’empire », mais plutôt qu’il « empire ». Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 5 millions d’utilisateurs ! Règle (comment ne plus commettre cette erreur) On dit « empirer », et non « s’empirer » : c’est déjà bien assez grave comme ça sans qu’on y ajoute un « s ». Avis de l’expert – Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes Certains ouvrages semblent incliner à l’indulgence en précisant que la construction pronominale « s’empirer » relève de la langue littéraire. Mieux vaudrait dire qu’elle…

« gril » ou « grill » ?

L’expression « être sur le gril » fait référence au « gril » (avec un seul « l »), ustensile destiné à faire cuire à feu vif les aliments. Venu de l’anglais, le « grill » est un restaurant où l’on mange essentiellement des grillades.

« satire » ou « satyre » ?

Un « satyre » est un demi-dieu rustique de la mythologie grecque et, par extension, un être lubrique ; une « satire » est une œuvre qui s’attaque à quelque chose ou à quelqu’un en s’en moquant. Souvenez-vous que le satyre qui garde le y (le i grec) est celui qui vient de la mythologie grecque.

« nombre de » ou « nombres de » ? « quantité de » ou « quantités de » ?

Quand ils ne sont pas précédés d’un article, les collectifs « nombre » et « quantité » ont le sens de « un grand nombre », « beaucoup ». Ils restent au singulier… même si le verbe qui suit est au pluriel.

« détoner » ou « détonner » ? « détonant » ou « détonnant » ?

Attention à ces homonymes, qui n’ont pas du tout le même sens ! « Détoner », c’est exploser avec un bruit violent. D’où les mots « détonation, détonant ».

« Détonner » signifie « sortir du ton » et, par extension, « contraster, choquer ». Ce qui sort du ton est donc « détonnant ».

« entracte » ou « entr’acte » ?

Quand un nom ou un verbe commençant par a, i, o ou u se soude à la préposition « entre », il constitue désormais avec elle un seul mot. À noter que certains verbes admettent les deux orthographes : « s’entraimer » ou « s’entr’aimer », « s’entradmirer » ou « s’entr’admirer ».
Il entrouvre le rideau pendant l’entracte.

« tu mange » ou « tu manges » ? « tu mangera » ou « tu mangeras » ?

Erreur couramment commise Ne confondez pas, même s’ils se prononcent de la même façon, « manges » employé avec « tu » (« tu manges ») et « mange » employé avec « il » (« il mange »). Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 5 millions d’utilisateurs ! Règle (comment ne plus commettre cette erreur) Un verbe conjugué à la 2e personne du singulier (« tu ») se termine généralement par « s » : « tu fais », « tu mangeais », « tu feras », « tu puisses », « tu chanterais »… Font exception, néanmoins, les formes suivantes : « tu peux », « tu veux », « tu vaux », ainsi que, parfois, la deuxième personne du singulier de…

« nous jouons » ou « nous jouont » ?

Erreur couramment commise Là encore, les deux formes sont homophones, ce qui peut prêter à confusion et faire écrire « nous jouont » pour « nous jouons ». Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 5 millions d’utilisateurs ! Règle (comment ne plus commettre cette erreur) À la 1re personne du pluriel (« nous »), le verbe se termine toujours par « s », jamais par « t ». On écrit donc « nous jouons », et non « nous jouont », forme qui n’existe pas. Vidéo Avis de l’expert – Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes Sur ce point…

« aborigène » ou « arborigène » ?

Sous l’influence du mot « arbre », il est fréquent d’écrire « arborigène » au lieu de « aborigène ».

« c’en », « sans » ou « s’en » ?

« C’en », « sans » et « s’en » souvent confondus Même si, à l’oreille, « sans », « s’en » et « c’en » sont semblables, n’allez pas écrire « il c’en moque » ou « il sans moque » pour « il s’en moque ». Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 5 millions d’utilisateurs ! Pour ne plus hésiter entre « c’en », « sans » et « s’en » « S’en » et « c’en » sont toujours suivis d’un verbe. Si le remplacement par « cela en » est possible, il s’agit de « c’en ». En revanche, si on peut mettre « il(s) » ou « elle(s) » devant, il s’agit de « s’en » :   C’en est fini de l’insouciance ! =…

« elles sont venu » ou « elles sont venues » ?

Erreur d’accord du participe passé On a tendance à écrire le participe passé tel qu’on l’entend, quel que soit l’auxiliaire avec lequel il est employé : « ils sont venu » pour « ils sont venus », « elle est venu » pour « elle est venue », etc. Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 5 millions d’utilisateurs ! Règle avec l’auxiliaire « être » Le participe passé employé avec l’auxiliaire « être » s’accorde toujours avec le sujet du verbe, en genre et en nombre. Alors, « elles sont venu » ou « elles sont venues » ? Pour ne pas vous tromper, repérez l’auxiliaire – ici, « être »…

Page 1 sur 2212345...22