Blog Origine des mots

Publié le 25 juin 2013

Les grands hommes à l’origine de ces noms communs : Mausole

Nous connaissons ces tombeaux majestueux appelés mausolées, tels le mausolée d’Hadrien en Italie, celui de l’empereur Qin en Chine ou le célèbre Taj Mahal en Inde. Mais qui sait quel homme est à l’origine de cet édifice, le mausolée ? Cela se passe au royaume de Carie, en Asie Mineure, vers 370 avant Jésus-Christ. Mausole, alors gouverneur de Carie, se révolte contre les Perses et proclame l’indépendance de son royaume. Il transfère la cour à Halicarnasse, qui devient la capitale du pays. Il y fait bâtir des remparts et de nombreux monuments, dont un amphithéâtre et un tombeau. À sa…

Publié le 19 juin 2013

L’origine de ces fameuses expressions : Voir midi à sa porte

« Chacun voit midi à sa porte », voilà une curieuse expression. Pourquoi mélange-t-on la notion d’heure et de pas de porte pour signifier le fait que chacun puisse juger une chose selon son propre point de vue ? Avant d’avoir une montre, les Grecs et les Arabes avaient généralisé les cadrans solaires pour connaître l’heure, en particulier celle de la prière. Pour avoir des cadrans solaires précis, il fallait des connaissances gnomoniques, trigonométriques et cosmographiques pointues. Cette spécialité était le fait d’un métier précis : celui des cadraniers. À la fin du Moyen Âge en Occident, il était même attendu…

Publié le 2 avril 2013

Les grands hommes à l’origine de ces noms communs : Charles Lynch

Si aujourd’hui nous parlons de lynchage pour se référer à une attaque collective et souvent injuste à l’encontre d’une personne, il faut savoir que ce terme trouve son origine dans l’Amérique du XVIIIe siècle et se rapporte à une tout autre barbarie. Peu avant la guerre d’Indépendance, un certain Charles Lynch, alors juge de paix de l’État de Virginie, décide de réformer la justice appliquée dans sa région. Pour faire face aux vagues de contestations menées contre le régime colonial, son idée consiste à mettre en place des procès expéditifs. Réunissant la cour, recrutant des jurés, Charles Lynch assure lui-même…

Publié le 31 janvier 2013

L’origine de ces fameuses expressions : « Monter sur ses grands chevaux »

« Mais enfin, Monsieur, pourquoi montez-vous sur vos grands chevaux ? » En voilà une drôle d’expression ! Pourquoi fait-on référence à l’univers équestre pour parler d’une personne qui se met en colère et prend son interlocuteur de haut ? Pour être précis et pour comprendre l’allusion, il faut savoir que cette expression nous vient des champs de bataille. Une de plus ! Au Moyen Âge, les chevaux étaient le moyen de locomotion le plus utilisé, et on les répertoriait selon les services qu’ils pouvaient rendre plutôt que selon leur race. Ainsi, les sommiers servaient à porter l’équipement et les armes, les…

Publié le 5 novembre 2012

L’origine de ces fameuses expressions : « Épater la galerie »

N’avez-vous jamais cherché à épater la galerie ? Et vous êtes-vous déjà demandé à quelle galerie cette expression faisait allusion ? Pour l’expliquer, commençons par resituer l’origine du mot « galerie ». Il viendrait du latin galeria, qui désignait le porche des églises. Par extension, à la fin du Moyen Âge, on l’utilise pour désigner une allée ou une longue pièce servant de passage. L’expression « épater la galerie » vient quant à elle d’un sport pratiqué depuis plus de mille ans : le jeu de paume. Au départ, ce sport se pratiquait en extérieur. Puis, à partir du XIVe siècle, on commença à construire des…

Publié le 5 octobre 2012

L’origine de ces fameuses expressions : « Mettre la puce à l’oreille »

Mettre une puce à l’oreille de quelqu’un, c’est terriblement impudent quand on y songe. Quel culot d’aller déposer une telle petite bête dans le pavillon auditif d’autrui ! Mais pourquoi utilise-t-on cette métaphore pour représenter le fait d’éveiller les soupçons de quelqu’un ? Il faut préciser que le sens de cette expression a évolué au cours des siècles, de même que sa forme. Elle est apparue pour la première fois au XIIIe siècle, sous la forme « mettre la puce en l’oreille ». À cette époque, les parasites provoquaient d’importantes démangeaisons et n’épargnaient aucune classe sociale. On peut supposer que le sens de…

Publié le 11 septembre 2012

L’origine de ces fameuses expressions : « Faire les quatre cents coups »

Avez-vous déjà fait les « quatre cents coups » ? Cette expression qualifie une vie faite d’excès, voire de « bêtises ». Quatre cents, cela semble beaucoup, alors d’où peut bien venir cette expression ? Son origine est singulière, car si elle renvoie à des faits historiques, l’expression est apparue bien après eux et de façon très fantaisiste. Elle est liée à la période de guerre que Louis XIII menait contre les protestants, vers 1621. Après avoir vaincu la ville d’Agen, Louis XIII décida de s’attaquer à la ville de Montauban, érigée en véritable cité indépendante et dominée par les protestants. Le roi entama…

Publié le 3 septembre 2012

L’origine de ces fameuses expressions : « Derrière les fagots »

Cet été, au cours de repas entre amis, vous avez dû manger de bons petits plats, et déguster de succulents vins en vous demandant si votre hôte les avait sortis de derrière les fagots. C’est en effet cette étrange expression que l’on utilise souvent pour parler d’un produit précieux et raffiné. Elle est plus fréquemment utilisée pour le vin. Mais savez-vous ce que ces fagots ont à voir avec cette histoire ? Cette expression provient des traditions du XVIIIe siècle. A cette époque, les bouteilles des meilleurs vins étaient conservées dans des caves, précieusement rangées derrière les fagots de bois…

Publié le 31 juillet 2012

L’origine de ces fameuses expressions : « Faire un pique-nique »

« Il fait beau, si nous allions pique-niquer ? » Quand on y pense, voilà une bien étrange locution pour parler de repas au grand air ! Si étrange que l’on a du mal à en trouver l’origine véritable. Pour Littré, vers 1870, l’origine du terme serait anglaise, venant de pick, « saisir », et nick, « point » ou « instant » ; il aurait été introduit en France au commencement du XVIIIe siècle. À la même époque, le Larousse retient pour sa part une signification plus amusante : « Tu me piques, je te fais la nique. » Selon une source plus proche de nous, c’est au XVIIe siècle que serait apparu le terme…

Publié le 18 juillet 2012

L’origine de ces fameuses expressions : « Une hécatombe »

Aujourd’hui, on utilise souvent le mot « hécatombe » pour parler de grandes pertes ou de massacre. Mais à l’origine, il était surtout question de religion. Dans la Grèce antique, on célébrait tous les ans la fête des Panathénées, une cérémonie religieuse et sociale donnée en l’honneur de la déesse Athéna. Son rituel consistait à sacrifier cent bœufs, offerts aux dieux par les habitants de la cité. La fête des Panathénées avait lieu du 23 au 30 du mois d’hécatombéon. Il s’agissait d’un nom fort bien trouvé puisque, en grec ancien, le mot « hécatombe » signifie justement cent bœufs, en référence au sacrifice…

Publié le 28 juin 2012

Les origines de ces fameuses expressions : « Noyer le poisson »

Certaines des expressions que l’on emploie régulièrement ont ceci d’étrange que leur création reste un mystère. Noyer le poisson en est un très bon exemple. Signifiant semer le trouble chez l’adversaire, créer un sentiment de confusion dans le but de l’embrouiller, elle arrive également à nous perturber. Comment peut-on, en effet, noyer un poisson quand celui-ci évolue dans le milieu aquatique ? Cette expression qui date du début du XXe siècle a des origines obscures. Pour certains, elle ferait référence à une autre expression : la sauce fait passer le poisson. Le poisson serait « noyé » dans la sauce. On oublierait donc son goût,…

Publié le 21 juin 2012

Les origines de ces fameuses expressions : « Un vieux de la vieille »

« Un vieux de la vieille » désigne une personne expérimentée dans un domaine particulier. Mais sait-on de quelle vieille il s’agit ? Cette expression est en fait le raccourci d’une autre : « un vieux de la vieille garde », laquelle faisait référence aux soldats de la garde impériale de Napoléon Ier. Créée en 1804, cette garde était une troupe d’élite composée d’environ 100 000 hommes, répartis entre la « vieille garde » et la « jeune garde ». C’est d’ailleurs de cette garde napoléonienne qu’il est question dans la célèbre phrase du général Cambronne, lancée lors de la bataille de Waterloo : « La garde meurt mais ne se rend pas. »…