« la plupart est » ou « la plupart sont » ?


Erreur couramment commise

« La plupart » étant un nom féminin singulier, on a tendance à vouloir mettre systématiquement le verbe qui suit au singulier et, par conséquent, à écrire « la plupart des mariages a lieu en été » au lieu de « la plupart des mariages ont lieu en été ».

Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres :
entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr
Déjà plus de 3 millions d’utilisateurs !

Règle (comment ne plus commettre cette erreur)

Le verbe s’accorde toujours, en genre comme en nombre, avec le complément de « la plupart » :

La plupart des robes ont été vendues.
La plupart du temps est consacré à la lecture.

S’il n’y a pas de complément, le verbe se met au masculin pluriel :

La plupart se sont excusés.
La plupart refusent de changer de poste.

Vidéo

Bruno Dewaele - champion du monde d'orthographeAvis de l’expert – Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes

On se gardera en tout cas d’écrire « la plus part », quand cette graphie aujourd’hui hors la loi pourrait passer pour un hommage à l’étymologie, le mot signifiant bien « la plus grande partie de ». Elle a d’ailleurs eu cours par le passé, au même titre que la variante « la pluspart » !

 

Exercices (cherchez les erreurs)

  1. La plupart de vos machines ne répond plus aux normes de sécurité.
  2. Demain, la plupart des enseignants feront grève.
  3. La plupart des plats proposés à la cafétéria contiennent du sel.
  4. La plupart des nourrices a suivi une formation de secourisme.
  5. La plupart des Français possède une voiture.
  6. La plupart des offres disponibles sur le marché se valent.
  7. La plupart des coiffeurs utilisent nos produits.
  8. La plupart des économistes prédit une rentrée difficile.
  9. J’ai observé les élèves, et la plupart tremble devant ce professeur sévère.
  10. La baisse de la TVA, la plupart des restaurateurs s’en réjouit.

Réponses

  1. Faux. Il faut écrire : La plupart de vos machines ne répondent plus aux normes de sécurité.
    Le verbe s’accorde avec le complément de « la plupart », ici « vos machines », qui correspond à « elles », 3e personne du pluriel : on écrit donc « répondent ».
  2. Phrase correcte.
  3. Phrase correcte.
  4. Faux. Il faut écrire : La plupart des nourrices ont suivi une formation de secourisme.
    Le verbe s’accorde avec le complément de « la plupart », qui est ici « nourrices » (= « elles », 3e personne du pluriel).
  5. Faux. Il faut écrire : La plupart des Français possèdent une voiture.
    Le verbe s’accorde avec le complément de « la plupart », qui est ici « Français » (= « ils », 3e personne du pluriel). On écrit donc : « La plupart des Français possèdent… »
  6. Phrase correcte.
  7. Phrase correcte.
  8. Faux. Il faut écrire : La plupart des économistes prédisent une rentrée difficile.
    Le verbe ne s’accorde pas avec « la plupart » mais avec son complément, « économistes ». Ce qui donne « La plupart des économistes prédisent », et non « La plupart des économistes prédit ».
  9. Faux. Il faut écrire : J’ai observé les élèves, et la plupart tremblent devant ce professeur sévère.
    Lorsque « la plupart » n’a pas de complément, le verbe dont il est sujet se met au masculin pluriel. On écrit donc « la plupart tremblent » et non « la plupart tremble ».
  10. Faux. Il faut écrire : La baisse de la TVA, la plupart des restaurateurs s’en réjouissent.
    Le verbe s’accorde avec le complément de « la plupart », qui est ici « restaurateurs » (= « ils », 3e personne du pluriel). On écrit donc « la plupart des restaurateurs s’en réjouissent ».

Besoin de vous remettre à niveau en orthographe ?
Entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr !

Une méthode innovante et ludique pour s’entraîner. Déjà plus de 3 millions d’utilisateurs !

Auteurs :
Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes
Agnès Colomb, auteur-adaptateur, correctrice professionnelle
Pascal Hostachy, cofondateur du Projet Voltaire et de la Certification Voltaire

Articles liés

Laissez un commentaire
*

    Bonjour Emmanuelle, avec « la plupart d’entre nous », le verbe s’accorde presque toujours à la troisième personne du pluriel (sont). Toutefois, il est possible, mais moins courant, d’accorder le verbe à la première personne du pluriel (sommes), notamment pour insister sur le fait que la personne qui parle ou écrit s’inclut dans le groupe. Bon après-midi

Bonjour,
Est-ce que en lien s’accorde-t-il dans la phrase:
Les aspects environnementaux en lien avec le système
Merci et belle après-midi

Bonjour,
comment doit-ton écrire? subjonctif ou indicatif?
Il faut s’assurer que les statuts soient ou sont en adéquation avec le produit.
D’avance merci de votre réponse.
Très cordialement

bonjour,

Dans cette phrase « La plupart du public de ce soir est là pour vous admirer » ou « La plupart du public de ce soir sont là pour vous admirer ».

merci de m’éclairer.

      Bonsoir
      La règle ne dit-elle pas : « Le verbe s’accorde toujours, en genre comme en nombre, avec le complément de « la plupart » ». Ici, il s’agit de « public », masculin et singulier, donc : « La plupart du public de ce soir est là pour vous admirer », même si le public est composé de nombreuses personnes !

Bonjour,
Je vous remercie déjà de toutes les réponses données à mes précédentes questions.
En voici une nouvelle.
Comment doit-on dire et écrire:
« La date du prochain audit a été convenue et fixée au (avec ou sans x)
mercredi 22 et jeudi 23 février » ou
les dates du prochain audit ont été convenues et fixées au?x mercredi 22 et jeudi 23 février »
Merci et belle journée.

Bonjour,
j’ai une question relative à un accord du pp, sur laquelle mes collègues et moi ne sommes pas d’accord.

Les raisons qui vous ont motivé ? ou
Les raisons qui vous ont motivées? (accord avec les raisons)
mon raisonnement:
si vous est forme polie, pp: motivé
si vous est masculin pluriel : pp motivés
si vous est féminin pluriel : pp motivées
D’ores et déjà, je vous remercie de votre réponse.
Mery

    Bonjour Mery, votre raisonnement est le bon. Les raisons qui ont motivé qui ? « Vous », pronom COD placé avant le verbe, donc accord en genre et en nombre du participe passé « motivé ». Il manque simplement le cas où le « vous » de politesse représente un féminin, ce qui donnerait « motivée ». Bonne journée !

Bonjour,
voici ma question. Doit-on écrire:
Il n’y a pas de commentaires en particulier.
ou
Il n’y a pas de commentaire en particulier.
Dans l’attente de votre réponse, je vous souhaite un bon appétit
Mery

Belle découverte personnelle ! Votre site rassure et corrige nos petits travers … Quoi de plus noble que de grandir les Autres, en partageant notre histoire orthographique. Cet assemblage tellement délicat qui défait parfois les meilleurs et sélectionne toujours les participants. La plupart, auront peut être l’ingratitude des gens habitués à être servis tandis que d’autres, auront le sentiment d’être élevé hors du marais des fautes et des erreurs.
Merci.

    Bonjour Morovaille,

    Voici la réponse de Bruno Dewaele à votre commentaire :
    «En ce qui concerne « la plupart », il est vrai que, par le passé, certains écrivains l’ont fait suivre d’un verbe au singulier. Mais ça, c’était avant, et il faut vivre avec son temps ! Grevisse parle à ce propos d’archaïsme… voire d’inadvertance. C’est que nos écrivains ne sont pas toujours tous au courant des règles de la grammaire ! L’excellent Flaubert était assez mauvais en orthographe et le secrétaire perpétuel Druon n’était pas le dernier à faire, quelquefois, des erreurs dans ses conjugaisons… Que dire quand il s’agit d’un poète, par nature enclin à prendre des libertés avec les règles traditionnelles de l’écriture ? »

    PS : Il nous semble que Mallarmé, tout poète qu’il fut, eût mis un « s » à « défilé » 🙂

      Coquille de ma part pour les « défilés » 😀

      Je n’aurais pas du dire que l’article est entièrement faux. Il demande à faire un choix là où il n’y en a pas forcément. Une langue se construit par l’usage — et l’usage écrit dans sa dimension littéraire. L’orthographe n’est pas une institution divine tombée du ciel ou un ensemble de règles déterminées par un ensemble de personnes autour d’une table. À mon humble avis, c’est plutôt l’Académie française qui est archaïque. Elle a eu son utilité à une époque où il fallait un minimum de cohérence dans la langue en construction ; ceci aujourd’hui n’a plus lieu d’être.

      Si des auteurs (récents qui plus est, Mallarmé n’a pas vécu au XVIe quand même) emploient, entre autre, cette forme, je l’utiliserai, mais sans dire que l’autre façon de faire est fausse. Bien entendu, à l’inverse, si une forme est utilisée par les auteurs, et demandée telle par les bonnes règles de l’orthographe, alors oui, le choix est plus restreint, sous peine de faire du mauvais français. C’est un peu une défense d’un certain droit coutumier devant un droit romain qui veut l’écraser … alors qu’ils peuvent être complémentaires.

        Bonjour, nous avons répondu à votre commentaire qui généralisait une autre orthographe que celle que défendait notre billet. Qu’il y ait des personnes qui souhaitent ne pas suivre les règles, cela nous va. Mais nous continuerons à les suivre. C’est lorsque la majorité ne suivra plus les règles que de nouvelles, implicites, apparaîtront : nous les suivrons.

Que se passe-t-il si on sait identifier en genre « la plupart » grâce au contexte ?
L’application du masculin singulier est-elle une règle absolue ?
Exemple :

« Les mères porteuses sont indignées. La plupart se sont exprimées rapidement. »

ou

« Les mères porteuses sont indignées. La plupart se sont exprimés rapidement. »

Merci d’avance

Malheureusement pour la remontrance à TF1, seuls « la plupart », « nombre » et « quantité » imposent l’accord dit par syllepse (accord du verbe avec le pseudo-complément et non accord grammatical) et impose le masculin pluriel en cas d’absence de pseudo-complément : « La plupart pensent le contraire. »

Dans les autres cas c’est l’intention de l’auteur qui prime suivant qu’il désire mettre l’accent sur le groupe ou les sommes des éléments :
« Une foule de malades accourait. » (c’est une foule qui accourt)
« Une foule de gens diront qu’il n’en est rien. » (chacun d’eux dira…).
« L’ensemble des danseuses était présent » ou « L’ensemble des représentants protestaient. » restent toutes deux correctes.

On pourra dans certains cas faire valoir l’usage ou le bon sens. Pour reprendre l’exemple :
on préfèrera effectivement « un million de maisons ont été détruites » (chacune d’elle a été détruite)
mais « Un million d’euros suffira. » est parfaitement correcte. Ne pas confondre élégance et exactitude orthographique.

Référence : Académie française – Nom collectif suivi d’un complément au pluriel (accord du verbe)
http://www.academie-francaise.fr/la-langue-francaise/questions-de-langue#54_strong-em-nom-collectif-suivi-d-un-complment-au-pluriel-accord-du-verbe-em-strong

Il me semblait pourtant avoir laissé une question hier mais je n’en trouve pas la trace. Je réitère donc ma demande. « l’ensemble » se comporte-t-il comme « la plupart » ?
Doit-on dire « L’ensemble des règles doit être appris. » ou « L’ensemble des règles doivent être apprises. » ?

Merci

    Réponse de Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe :
    L’accord se fait plutôt avec « ensemble », surtout quand ce dernier est précédé d’un article défini, comme c’est le cas dans votre exemple. Cela dit, l’accord avec le complément ne constitue pas à proprement parler une faute.

Mais comment s’y prend-on avec la construction « l’ensemble de » ? Doit-on dire « l’ensemble de la saisie a été réalisé » ou « l’ensemble de la saisie a été réalisée » ?

Entendu sur TF1, vendredi 08 mars 2013, aux infos.
« Un million de maisons a été détruit… »
Mon oreille est plutôt formée à entendre »ont été détruites ».
Le rédacteur des commentaires de reportages commet souvent l’erreur.
Ainsi, le 17 mars 2012, j’avais aussi noté cette même erreur pour l’expression »la plupart des »
Comme il s’agit d’un texte rédigé, donc ayant un certain recul par rapport au commentaire improvisé, l’erreur est inadmissible. De plus, les médias ont une grande influence sur la pratique de notre langue. Ils doivent donc veiller au bon usage du Français. L’oreille des jeunes ou celle des anciens doit être formée ou entretenue à la bonne musique des termes correctement accordés. Si j’entends « une dizaine de personnes a déposé son passeport à la douane… » l’adjectif possessif « son » employé ici est pour moi dissonant (comme l’avait été le verbe au singulier). Il m’indique que l’usage n’a pas été respecté.
Je vais transmettre ces remarques au site TF1 et j’invite mes lecteurs à faire de même.