des maillots « orange » ou « oranges » ?


Erreur d’accord des adjectifs de couleur simples

On est tenté d’accorder « orange » comme n’importe quel adjectif et d’écrire « des maillots oranges » au lieu de « des maillots orange ».

Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres :
entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr
Déjà plus de 3 millions d’utilisateurs !

Règle d’accord des adjectifs de couleur simples

Quand un nom est utilisé comme adjectif de couleur, il devient invariable. Les seuls à faire exception et à s’accorder malgré tout sont « écarlate », « fauve », « incarnat », « mauve », « pourpre » et « rose » :

Les enveloppes marron sont rangées dans le tiroir.

mais

Le coureur avait les joues écarlates après son sprint.

Vidéo

Bruno Dewaele - champion du monde d'orthographeAvis de l’expert – Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes

C’est par habitude que « fauve » et « incarnat » sont incorporés à cette liste d’exceptions. Il semblerait pourtant que ceux-là n’en fussent pas, et qu’ils eussent été de véritables adjectifs de couleur avant de devenir noms… C’est ainsi que le fauve doit son nom à son pelage « d’un jaune tirant sur le roux », conformément à ce que signifiait l’adjectif dans la langue germanique…

 

Exercices (cherchez les erreurs)

  1. Blanche-Neige est connue pour ses cheveux ébènes.
  2. Un bouquet de fleurs pourpre avait été déposé sur le seuil.
  3. Mon ancienne voisine était une habituée des chemisiers crèmes.
  4. On ne peut nier que ses cheveux acajou attirent le regard.
  5. Il a toujours été un fidèle des chemises saumon.
  6. Ces cravates moutardes laissaient deviner un goût douteux.
  7. Les tenues écarlates des matadors sont du plus bel effet.
  8. Les murs ocre du palais resplendissent sous le soleil couchant.
  9. On réservait hier les layettes roses aux bébés du beau sexe.
  10. On se serait damné pour ces yeux pervenches !

Réponses

  1. Faux. Il faut écrire : Blanche-Neige est connue pour ses cheveux ébène.
    Un nom tel que « ébène » reste invariable quand il est utilisé comme adjectif de couleur.
  2. Faux. Il faut écrire : Un bouquet de fleurs pourpres avait été déposé sur le seuil.
    À l’origine, « pourpre » est lui aussi un nom, mais il fait partie, avec notamment « écarlate », « mauve » et « rose », de ces quelques exceptions qui ont fini par être considérées comme d’authentiques adjectifs de couleur : il varie donc, comme eux.
  3. Faux. Il faut écrire : Mon ancienne voisine était une habituée des chemisiers crème.
    « Crème » est un nom utilisé ici comme adjectif de couleur. À ce titre, il reste invariable.
  4. Phrase correcte.
  5. Phrase correcte.
  6. Faux. Il faut écrire : Ces cravates moutarde laissaient deviner un goût douteux.
    « Moutarde » ne prend pas ici la marque du pluriel parce qu’il est un nom que l’on utilise comme adjectif de couleur.
  7. Phrase correcte.
  8. Phrase correcte.
  9. Phrase correcte.
  10. Faux. Il faut écrire : On se serait damné pour ces yeux pervenche !
    « Pervenche » est un nom dont on se sert comme d’un adjectif de couleur : voilà pourquoi il reste invariable.

Besoin de vous remettre à niveau en orthographe ?
Entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr !

Une méthode innovante et ludique pour s’entraîner. Déjà plus de 3 millions d’utilisateurs !

Auteurs :
Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes
Agnès Colomb, auteur-adaptateur, correctrice professionnelle
Pascal Hostachy, cofondateur du Projet Voltaire et de la Certification Voltaire

24 réponses à des maillots « orange » ou « oranges » ?

  1. Dahou dit :

    Bonjour,

    La règle vaut-elle pour « Eaux cristalline  » ?
    Je vous remercie par avance.

    • Sandrine dit :

      Bonjour Dahou, « cristallin » (qui est clair et transparent comme du cristal) est un adjectif qui varie en genre et en nombre, d’où « des eaux cristallines ». Bonne journée.

  2. Alex dit :

    Qu’en est il de Vermeil(le)?

    • Sandrine dit :

      Bonjour Alex, comme « pourpre », « rose », « mauve », « fauve », « écarlate » et « incarnat », « vermeil » fait partie des exceptions à la règle selon laquelle les adjectifs de couleur dérivés de noms sont invariables. On écrira, en fonction du genre et du nombre : vermeil, vermeils, vermeille ou vermeilles, sauf dans « carte vermeil ». Bon après-midi.

      • Elisabeth Tanguy dit :

        Bonjour

        Je me permets de réagir à ce vieux message. Les couleurs pourpre, mauve, écarlate etc… que vous citez ci-dessous s’accordent au contraire… Ce sont des exceptions à la règle « nom pris comme adjectif de couleur ».
        Cordialement
        Elisabeth

        • Sandrine dit :

          Bonjour Elisabeth,
          La règle : les adjectifs de couleur s’accordent
          L’exception : les noms pris comme adjectifs de couleurs ne s’accordent pas
          Les exceptions à l’exception : pourpre, mauve, écarlate, etc.
          Êtes-vous d’accord avec cela ?
          J’ai néanmoins changé la tournure de ma phrase pour plus de clarté.
          Bonne journée.

  3. Stéphane dit :

    Merci pour votre site. J’ai une question : d’où vient cette règle ? Pourquoi cette exception pour le rose ? Car je ne vois pas une différence entre le rose, le vert ou le rouge…

  4. TIRET dit :

    je découvre aujourd’hui votre site, suite à une émission sur une radio. Evidemment je suis tombée dans le piège sur « oranges », mais ce qui m’intéresse le plus çe sont les liaisons MAL T’A PROPOS des médias, ainsi que les formules, genre : que du bonheur, au jour d’aujourd’hui, etc… peut être aussi votre domaine. Merci pour la célérité avec laquelle vous me répondrez ? Marianne T

    • Erick dit :

      Marianne, merci de nous lire, mais il va nous être difficile de répondre ici, au sein des commentaires liés à un billet parlant de l’accord des couleurs, à une question sur la mauvaise utilisation d’expressions françaises. Je vous propose si vous l’acceptez de venir nous rejoindre sur notre page Facebook pour aborder le sujet de manière très libre. C’est ici, nous vous attendons : http://www.facebook.com/Projet.Voltaire.

      • Marc81 dit :

        Et pourtant, le lien entre adjectifs de couleur et prononciation est intéressant : doit-on dire « des maillots // orange » ou  » des maillots zorange » ?

  5. Comte dit :

    Bonjour,
    Je suis étonné de ne pas avoir de réponse à ma question. Y aurait-il un problème dans sa formulation ?
    Merci pour votre réponse.
    Cordialement
    Philippe Comte

    • Erick dit :

      Bonjour Philippe,

      Voici quelques éléments de réponse à vos questions. En premier lieu, nous ne voyons pas où il pourrait y avoir une contradiction dans les règles « des robes blanc et noir » ou « des robes blanches et noires ». En second lieu, non, il n’y a pas d’exception à la règle concernée : orange reste invariable lorsqu’il est employé comme adjectif, quel que soit le contexte.
      S’il y a plusieurs lampes de couleur blanche, plusieurs de couleur noire et plusieurs de couleur orange, on dira: « J’admire ces lampes blanches, noires et orange. »
      Enfin, en dernier lieu, nous allons réfléchir à la réalisation d’un billet qui expliquerait l’origine de ces règles. C’est une excellente idée de nous avoir posé la question !

      • Comte dit :

        Je ne comprends pas bien. Quand on dit : « Quand un nom est utilisé comme adjectif de couleur, il devient invariable. », les mots « blanche » et « noire » ne sont-ils pas des noms ? Dans « des robes blanches et noires », ces deux noms sont bien utilisés comme des couleurs, non ? En vertu de quoi pourrait-on les accorder en nombre avec le nom « robes ». Il y a quelque chose ici que je ne saisis pas bien.
        Merci pour vos précisions.

        • Erick dit :

          L’orange était un fruit avant de devenir une couleur.
          La blanche était une couleur avant de devenir un nom (une note de musique, notamment). Dans le cas de « blanche » et « noire », les noms sont dérivés de la couleur et pas l’inverse.

          • Comte dit :

            Merci pour cette précision. Existe-t-il d’autres couleurs qui ont été utilisées comme noms ensuite ? « Bleu » serait-il un autre exemple ?

          • Pascal dit :

            Je pense que tous les adjectifs de couleur peuvent y passer. Le bleu de Matisse, le rouge de ma voiture, le blanc de la salle d’attente. Les adjectifs deviennent alors des substantifs (des noms). Ensuite, par métonymie, ces noms peuvent être utilisés dans un sens particulier : le bleu qu’on se fait quand on se cogne, un petit rouge pour la route et un petit blanc pour René, un petit noir (pour le café), un violet (le fruit de mer)…

  6. Comte Philippe dit :

    Cette règle et la règle « des robes blanc et noir » ou « des robes blanches et noires » semblent se contredire. La seconde serait-elle une exception à la première, qui autoriserait à mettre au pluriel un nom utilisé comme couleur dans le cas précis où cette même couleur serait utilisée en association avec une ou plusieurs autres avec l’idée que chacune d’entre elle caractérise entièrement les objets désignés ? J’espère me faire bien comprendre.
    Par exemple pourrait-on dire « J’admire ces lampes blanches, noires et oranges. », à condition bien sûr que chacune des lampes n’ait qu’une seule de ces trois couleurs ?
    Par ailleurs, y a-t-il une raison à ces deux règles ?
    Merci pour ces éclaircissements.

  7. Montout-Oualid Lucie dit :

    Je commence seulement avec le projet Voltaire. Je me rends compte de mon niveau en orthographe. Alors que je me croyais parfaite, je découvre que je ne suis que d’un niveau moyen. Merci de ce service en ligne, je peux me corriger seule et réapprendre dès le début. Merci

  8. Luc Bentz dit :

    Certes, mais…
    à « orange/orangé » devraient correspondre rose(couleur de)/rosé. Et pourtant « rose » s’accorde, tant il est devenu courant. Je ne reviens pas non plus sur « marrons » ou « kakis » que l’on trouve. Dans le cas d’orange, mon point de vue est que l’adjectif est devenu couleur (et plus seulement « couleur de »). Il est des complexités auxquelles on peut renoncer et, quand on parle d’un feu orange, de considérer qu’il y a belle lurette que n’importe quel gai luron (ou Gai Luron) n’a pas en tête l’ancienne « tournure « pomme d’orange ». Nolens volens, « orange » (contrairement à d’autres noms de couleur adjectivés) est devenu l’équivalent d' »orangé ».
    De gustibus… et coloribus…

  9. soky dit :

    J’ai toujours du mal avec cette règle. Comment peut-on savoir si l’adjectif de couleur est tiré d’un nom ou pas ? Pour « marron » je pense qu’il n’était pas très compliqué de le deviner. Pour d’autres, il faut avoir son dictionnaire sous la main pour vérifier si le nom de la couleur ne fait pas référence à un nom. Par exemple « carmin » est une matière colorante, « turquoise » une pierre fine, « fuchsia » un arbuste, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *