« arête » ou « arrête » ?


Erreur couramment commise

N’écrivez pas « une arrête de poisson », mais « une arête de poisson ».

Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres :
entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr
Déjà plus de 3 millions d’utilisateurs !

Règle (comment ne plus commettre cette erreur)

Une « arête » est un os de poisson, une ligne ou une saillie (anguleuse, rocheuse) ; « arrête » est une forme du verbe « arrêter ».
Si vous pouvez remplacer le terme qui pose problème par « cesse (-s, -nt) », « stoppe » (-s, -nt) ou tout autre synonyme du verbe « arrêter », c’est qu’il faut écrire « arrête », « arrêtes » ou « arrêtent ». Sinon, il faut écrire « arête » :

Le groupe arrête de se produire sur scène. = Le groupe cesse de se produire sur scène.

 

mais

 

Ce poisson est plein de petites arêtes. ≠ Ce poisson est plein de petites cesses.


Bruno Dewaele - champion du monde d'orthographeAvis de l’expert –
Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes

Voici de quoi rasséréner celui qui peinerait à… avaler cette mise au point : « arête » s’est bel et bien écrit « arrête »… au XVIIe siècle ! Ces deux mots n’ont pourtant rien de commun sur le plan étymologique, sinon leur origine latine. « Arrêter » résulte de l’adjonction de la préposition ad au verbe restare, « rester immobile ». Quant à l’« arête », elle descend du nom arista, « barbe d’un épi ». C’est à l’analogie de forme qu’elle doit d’avoir fini… en queue de poisson !

 

Exercices (cherchez les erreurs)

  1. Un chirurgien a redressé l’arête du nez de la star.
  2. Quelle est la longueur de l’arrête, sachant que…
  3. Le guide de haute montagne précède les randonneurs sur l’arrête.
  4. Il tomba dans l’escalier et s’ouvrit le front sur l’arête d’une marche.
  5. Le temps a émoussé les arrêtes de la pyramide.
  6. Dans un polyèdre, chaque arrête est commune à deux faces.
  7. Cet ordinateur doit avoir un virus : il s’arrête tout seul.
  8. Le rouget serait meilleur encore s’il n’avait pas d’arrêtes.
  9. Tracez une sphère de rayon égal à l’arrête du polyèdre considéré.
  10. Les arêtes affûtées du silex prouvent qu’il a servi d’outil.

Réponses

  1. Phrase correcte.
  2. Faux. Il faut écrire : Calculez la longueur de l’arête de ce pentagone.
    Peut-on dire « calculez la longueur du cesse de ce pentagone » ou « calculez la longueur du stoppe de ce pentagone » ? Non. C’est donc qu’il ne s’agit pas du verbe « arrête », mais du nom « arête », qui ne prend qu’un « r ».
  3. Faux. Il faut écrire : Le guide de haute montagne précède les randonneurs sur l’arête.
    Peut-on remplacer « arrête » par « stoppe », « cesse », « interrompt » ou tout autre synonyme du verbe « arrête » ? Non. Il ne s’agit donc pas du verbe « arrête », mais du nom « arête », qui ne prend qu’un r.
  4. Phrase correcte.
  5. Faux. Il faut écrire : Le temps a émoussé les arêtes de la pyramide.
    Peut-on dire « le temps a émoussé les cesses de la pyramide » ou « le temps a émoussé les stoppes de la pyramide » ? Non. C’est donc qu’il ne s’agit pas du verbe « arrêtes », mais du nom « arête », qui ne prend qu’un « r ».
  6. Faux. Il faut écrire : Dans un polyèdre, chaque arête est commune à deux faces.
    « Chaque stoppe est commune à deux faces » ne veut rien dire, pas plus que « chaque interrompt est commune à deux faces ». Il ne s’agit donc pas ici du verbe « arrête », mais du nom « arête », qui ne prend qu’un « r ».
  7. Phrase correcte.
  8. Faux. Il faut écrire : Le rouget serait meilleur encore s’il n’avait pas d’arêtes.
    Remplacer « arrêtes » par « stoppes » ou « cesses » ne donne rien. On n’a pas affaire ici au verbe « arrêtes », mais au nom « arête », qui ne prend qu’un « r ».
  9. Faux. Il faut écrire : Tracez une sphère de rayon égal à cette arête du polyèdre.
    Remplacer « arrêtes » par « stoppes » ou « cesses » ne donne rien. On n’a donc pas affaire ici au verbe « arrête », mais au nom « arête », qui ne prend qu’un « r ».
  10. Phrase correcte.

Besoin de vous remettre à niveau en orthographe ?
Entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr !

Une méthode innovante et ludique pour s’entraîner. Déjà plus de 3 millions d’utilisateurs !

Auteurs :
Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes
Agnès Colomb, auteur-adaptateur, correctrice professionnelle
Pascal Hostachy, cofondateur du Projet Voltaire et de la Certification Voltaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *