« qu’il ait » ou « qu’il est » ?


Confusion entre indicatif de « être » et subjonctif de « avoir »

« Ait » et « est » se prononcent de la même façon, ce qui peut occasionner des erreurs regrettables.

Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres :
entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr
Déjà plus de 3 millions d’utilisateurs !

Pour ne plus hésiter entre « qu’il ait » et « qu’il est »

Rappelez-vous que « ait » est une forme du verbe « avoir », et « est » une forme du verbe « être ».
Remplacez le mot qui pose problème (« ait » ou « est ») par « était », autre forme du verbe « être ». Le sens est conservé ? Écrivez « est ». Sinon, écrivez « ait » :

Je crois qu’il est absent. = Je crois qu’il était absent.

mais

Je ne crois pas qu’il ait assez de force. ≠ Je ne crois pas qu’il était assez de force.

Vidéo

Avis de l’expert – Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes

Pour peu que les conseils qui précèdent ne suffisent pas, on se rappellera utilement que « est » appartient à l’indicatif, « ait » au subjonctif. Il faut donc s’attendre à rencontrer le premier chaque fois que l’on affirme quelque chose, le second quand il n’est question que de ce que l’on souhaite ou que l’on met en doute…

 

Exercices (cherchez les erreurs)

  1. Je m’étonne qu’il ait déposé le bilan.
  2. Ne voyez-vous pas que l’âge d’or ait terminé ?
  3. J’exige qu’il est fini son rapport avant demain.
  4. Vous m’assurez donc que le travail est en cours ?
  5. Le salaire ! Il ne faut pas que l’employé n’est que ça à l’esprit.
  6. Je regrette que l’opéra n’ait pas programmé la Traviata cette saison.
  7. Il paraît que notre dossier ait prioritaire.
  8. Je ne crois pas qu’il est envisagé toutes les possibilités.
  9. Il est furieux que son concurrent est décroché ce marché.
  10. Beaucoup de leurs clients prétendent qu’il est difficile de les joindre.

Réponses

  1. Phrase correcte.
  2. Faux. Il faut écrire : Ne voyez-vous pas que l’âge d’or est terminé ?
    Remplaçons « ait » par « était » : « Ne voyez-vous pas que l’âge d’or était terminé ? » La phrase est correcte. On n’écrit donc pas « ait », issu du verbe « avoir », mais « est », issu du verbe « être », qui peut se remplacer par « était ».
  3. Faux. Il faut écrire : J’exige qu’il ait fini son rapport avant demain.
    Remplaçons « est » par « était » : « J’exige qu’il était fini son rapport avant demain. » Cela ne veut rien dire. Il ne s’agit donc pas ici du verbe « être », mais du verbe « avoir » : il faut écrire « ait ».
  4. Phrase correcte.
  5. Faux. Il faut écrire : Le salaire ! Il ne faut pas que l’employé n’ait que ça à l’esprit.
    Remplaçons « est » par « était » : « Il ne faut pas que l’employé n’était que ça à l’esprit. » Cela ne veut rien dire. Il ne s’agit donc pas ici du verbe « être » mais du verbe « avoir » : il faut écrire « ait ».
  6. Phrase correcte.
  7. Faux. Il faut écrire : Il paraît que notre dossier est prioritaire.
    Remplaçons « ait » par « était » : « Il paraît que notre dossier était prioritaire. » La phrase est correcte. On écrit donc « est » et non « ait ».
  8. Faux. Il faut écrire : Je ne crois pas qu’il ait envisagé toutes les possibilités.
    Remplaçons « est » par « était » : « Je ne crois pas qu’il était envisagé toutes les possibilités. » Cela ne veut rien dire. Il ne s’agit donc pas ici du verbe « être » mais du verbe « avoir » : il faut écrire « ait ».
  9. Faux. Il faut écrire : Il est furieux que son concurrent ait décroché ce marché.
    Remplaçons « est » par « était » : « Il est furieux que son concurrent était décroché ce marché. » Cela ne veut rien dire. Il ne s’agit donc pas ici du verbe « être » mais du verbe « avoir » : il faut écrire « ait ».
  10. Phrase correcte.

Besoin de vous remettre à niveau en orthographe ?
Entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr !

Une méthode innovante et ludique pour s’entraîner. Déjà plus de 3 millions d’utilisateurs !

Auteurs :
Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes
Agnès Colomb, auteur-adaptateur, correctrice professionnelle
Pascal Hostachy, cofondateur du Projet Voltaire et de la Certification Voltaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *