« a » ou « à » ?


Confusion entre « à » avec accent et « a » sans accent

Sur un mot aussi petit que « a », il est facile d’oublier l’accent et d’écrire « rendez-vous a la brasserie » pour « rendez-vous à la brasserie ».

Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres :
entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr
Déjà plus de 3 millions d’utilisateurs !

Comment distinguer le verbe de la préposition

Vous pouvez remplacer ce mot par « avait » ? C’est alors une forme du verbe « avoir », et on ne met pas d’accent :

Il a de l’expérience. = Il avait de l’expérience.

Sinon, c’est qu’il s’agit de la préposition « à », laquelle prend toujours un accent grave.

Vidéo

Bruno Dewaele - champion du monde d'orthographeAvis de l’expert – Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes

La précision que voici sera-t-elle de nature à réconforter ceux qui, plus souvent qu’à leur tour, auraient tendance à l’oublier ? L’accent grave sur la préposition n’a pas toujours existé : il n’aurait fait son apparition dans les dictionnaires qu’au début du XVIIe siècle. Il n’est pas sûr que tout le monde s’exclame : « Mieux vaut tard que jamais ! »

 

Exercices (cherchez les erreurs)

  1. Les réclamations sont à adresser à la direction.
  2. Vous me ferez suivre les formulaires a remplir.
  3. Quentin a passé sa dernière année d’études au Canada.
  4. Veillez à signer chaque page du contrat.
  5. Dans ce métier, il faut être apte a travailler en équipe.
  6. Entré comme coursier, il à fini sa carrière comme directeur régional.
  7. Les dépenses a engager semblent excessives.
  8. La chance n’à aucune part dans notre réussite.
  9. J’ignore à quel service adresser mon dossier.
  10. Cette expérience m’à appris à diriger une équipe.

Réponses

  1. Phrase correcte.
  2. Faux. Il faut écrire : Vous me ferez suivre les formulaires à remplir.
    Le remplacement par « avait » est-il possible ? Non : « Vous me ferez suivre les formulaires avait remplir » ne veut rien dire. Il ne s’agit donc pas du « a » issu du verbe « avoir », mais de « à ».
  3. Phrase correcte.
  4. Phrase correcte.
  5. Faux. Il faut écrire : Dans ce métier, il faut être apte à travailler en équipe.
    Peut-on dire « il faut être apte avait travailler en équipe » ? Non, cela n’a aucun sens. On écrit donc « à » avec un accent.
  6. Faux. Il faut écrire : Entré comme coursier, il a fini sa carrière comme directeur régional.
    Peut-on dire « il avait fini sa carrière comme directeur régional » ? Oui. Il s’agit donc du « a » issu du verbe « avoir », et on écrit « il a fini sa carrière ».
  7. Faux. Il faut écrire : Les dépenses à engager semblent excessives.
    « Les dépenses avait engager semblent excessives » ne veut rien dire, signe qu’il ne s’agit pas du « a » issu du verbe « avoir ». On écrit donc « les dépenses à engager ».
  8. Faux. Il faut écrire : La chance n’a aucune part dans notre réussite.
    En remplaçant « a » par « avait », on obtient : « La chance n’avait aucune part dans notre réussite », qui est correct. Il s’agit donc du verbe « avoir » : on écrit « a » sans accent.
  9. Phrase correcte.
  10. Faux. Il faut écrire : Cette expérience m’a appris à diriger une équipe.
    « Cette expérience m’avait appris à diriger une équipe » est juste : il ne s’agit donc pas de la préposition « à » mais du verbe « avoir », et il faut écrire « cette expérience m’a appris ».

Besoin de vous remettre à niveau en orthographe ?
Entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr !

Une méthode innovante et ludique pour s’entraîner. Déjà plus de 3 millions d’utilisateurs !

Auteurs :
Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes
Agnès Colomb, auteur-adaptateur, correctrice professionnelle
Pascal Hostachy, cofondateur du Projet Voltaire et de la Certification Voltaire

2 réponses à « a » ou « à » ?

  1. Chambaron dit :

    Profitons de cette occasion pour rappeler que le « A » en capitale doit être accentué si nécessaire !
    On écrit « À bientôt » et non « A bientôt » L’oubli chronique, par négligence ou je-m’en-foutisme de l’accent par les journaux et les publicitaires n’est pas franchement une aide à l’apprentissage des règles de grammaire !
    Il en va de même de toutes les capitales, en tête de phrase ou dans un corps de texte. Ainsi on écrira : « Être ou ne pas être », « Ô temps ! suspends ton vol… », « ÂMES ET FANTÔMES », etc.
    « À » bon entendeur…

    Bien littérairement,
    Chambaron

    • Sandrine dit :

      Merci pour ce rappel bien utile. Je déplore moi aussi l’oubli des accents sur les majuscules. Je proposerai prochainement un résumé des principales règles orthotypographiques, cela peut toujours servir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *