« en fesant » ou « en faisant » ?


Erreur couramment commise

Comme on entend [e] dans la première syllabe de « faisant », on est tenté d’écrire « fesant » au lieu de « faisant ».

Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres :
entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr
Déjà plus de 3 millions d’utilisateurs !

Règle (comment ne plus commettre cette erreur)

La bonne orthographe est « en faisant » : « faisant » est une forme du verbe « faire » et s’écrit comme lui avec « ai ».
« Il est tombé en faisant des acrobaties. »

Vidéo

Avis de l’expert – Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes

La confusion susdite est d’autant plus compréhensible qu’au futur simple et au conditionnel présent c’est bien en « e » que se transforme le « ai » du verbe « faire » : « je ferai », « nous ferions » ! La prononciation pour le moins curieuse du participe présent devrait beaucoup, si l’on en croit l’écrivain Théodore de Bèze, à celle, d’abord condamnée puis adoptée, des… Parisiens du XVIe siècle. Tout cela ne nous rajeunit pas !

Exercices (cherchez les erreurs)

  1. Je me suis trompé en faisant mes comptes.
  2. Elle a retrouvé sa boucle d’oreille en fesant le ménage.
  3. L’intérimaire ne faisant pas l’affaire, son contrat n’a pas été prolongé.
  4. En fesant cette passe décisive, il a permis à Ronaldo de marquer.
  5. Le chercheur s’est brûlé les sourcils en fesant cette expérience.
  6. Recherche, pour covoiturage, une personne fesant le trajet Nancy-Paris.
  7. Il lui confie le code secret, en lui fesant jurer de ne le révéler à personne.
  8. Quel nom avez-vous indiqué en faisant la réservation ?
  9. Il démarre en fesant crisser ses pneus.
  10. En faisant cette déclaration, le président s’est mis à dos les fonctionnaires.

Réponses

  1. Phrase correcte.
  2. Faux. Il faut écrire : Elle a retrouvé sa boucle d’oreille en faisant le ménage.
    On n’écrit pas « en fesant », mais « en faisant ». « Faisant » est une forme du verbe « faire » et s’écrit comme lui avec « ai ».
  3. Phrase correcte.
  4. Faux. Il faut écrire : En faisant cette passe décisive, il a permis à Ronaldo de marquer.
    On n’écrit pas « en fesant », mais « en faisant ». « Faisant » est une forme du verbe « faire » et s’écrit comme lui avec « ai ».
  5. Faux. Il faut écrire : Le chercheur s’est brûlé les sourcils en faisant cette expérience.
    On n’écrit pas « en fesant », mais « en faisant ». « Faisant » est une forme du verbe « faire » et s’écrit comme lui avec « ai ».
  6. Faux. Il faut écrire : Recherche, pour covoiturage, une personne faisant le trajet Nancy-Paris.
    On n’écrit pas « fesant », mais « faisant ». « Faisant » est une forme du verbe « faire » et s’écrit comme lui avec « ai ».
  7. Faux. Il faut écrire : Il lui confie le code secret, en lui faisant jurer de ne le révéler à personne.
    On n’écrit pas « fesant », mais « faisant ». « Faisant » est une forme du verbe « faire » et s’écrit comme lui avec « ai ».
  8. Phrase correcte.
  9. Faux. Il faut écrire : Il démarre en faisant crisser ses pneus.
    On n’écrit pas « en fesant », mais « en faisant ». « Faisant » est une forme du verbe « faire » et s’écrit comme lui avec « ai ».
  10. Phrase correcte.

Besoin de vous remettre à niveau en orthographe ?
Entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr !

Une méthode innovante et ludique pour s’entraîner. Déjà plus de 3 millions d’utilisateurs !

Auteurs :
Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes
Agnès Colomb, auteur-adaptateur, correctrice professionnelle
Pascal Hostachy, cofondateur du Projet Voltaire et de la Certification Voltaire

3 réponses à « en fesant » ou « en faisant » ?

  1. Guillaume dit :

    Si l’on en croit les principaux dictionnaires de notre temps (Larousse, Robert, TLF), le participe présent de « faire » a définitivement entraîné dans sa chute le pauvre faisan qui n’avait pourtant rien demandé à personne… Mais il n’y a pas si longtemps, au dix-neuvième siècle, Littré privilégiait encore la prononciation « fèzan ».

  2. Un bon article comme d’habitude. J’ai particulièrement aimé la remarque de Bruno Deweale qui montre l’influence histoire sur la langue française.

    Nicolas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *