« bimensuel » ou « bimestriel » ?


Erreur couramment commise

Ne dites pas que vous êtes abonné à un bimensuel si votre magazine n’a que six numéros dans l’année !

Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres :
entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr
Déjà plus de 3 millions d’utilisateurs !

Règle (comment ne plus commettre cette erreur)

Si « bimestriel » s’applique à ce qui se produit tous les deux mois, « bimensuel », en revanche, veut dire « deux fois par mois » :

Des entretiens bimensuels ont lieu tous les quinze jours.

Je reçois ce bimestriel un mois sur deux.

Pour distinguer « bimestriel » de « bimensuel », rappelez-vous que « bimestriel » est fait sur le même modèle que « trimestriel ». Donc, si  « trimestriel » = tous les trois mois, « bimestriel » = tous les deux mois.

Vidéo

Bruno Dewaele - champion du monde d'orthographeAvis de l’expert – Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes

La confusion dénoncée ci-dessus est telle que, pour la pallier sans doute, a récemment fait son entrée dans nos dictionnaires le « quinzomadaire », monstre tout droit sorti des cages de Jurassic Park et né de l’union contre nature de l’adjectif quinze et du nom hebdomadaire. Libre à nous, heureusement, de jouer les… chameaux en boycottant cette horreur que l’humour même ne saurait excuser !

 

Exercices (cherchez les erreurs)

  1. De ce bimensuel, il ne me manque que les deux numéros de juillet.
  2. Le 5 et le 20 de chaque mois, je cours acheter mon bimensuel.
  3. Si cette piqûre bimestrielle devenait mensuelle, ce serait tout bénéfice pour mes pauvres fesses…
  4. Que ne troque-t-il son bimestriel contre un bimensuel ? Cela lui ferait de la place dans son placard !
  5. Mon émission préférée se fait désormais plus rare : de mensuelle, elle est devenue bimensuelle.
  6. Six fois par an, cette publication bimestrielle prend le pouls de l’actualité.
  7. Mon bimensuel favori a bientôt quatre ans : le numéro 100 sort aujourd’hui !
  8. Pour remporter la Ligue des champions, il faut disputer treize rencontres, en général bimestrielles.
  9. Ce relevé de notes bimensuel est le quatrième que nous recevons ce trimestre.
  10. Quelle plaie que ces rapports bimensuels : heureusement, il n’y en a que six par an !

Réponses

  1. Phrase correcte.
  2. Phrase correcte.
  3. Faux. Il faut écrire : Si cette piqûre bimensuelle devenait mensuelle, ce serait tout bénéfice pour mes pauvres fesses…
    La phrase dit assez l’envie du patient de voir les piqûres s’espacer. C’est donc contre la périodicité « bimensuelle » (deux fois par mois) qu’il convenait ici de pester !
  4. Faux. Il faut écrire : Que ne troque-t-il son bimensuel contre un bimestriel ? Cela lui ferait de la place dans son placard !
    Pour que le placard soit moins encombré, mieux vaut en effet passer du « bimensuel » (deux numéros par mois) au « bimestriel » (un seulement tous les deux mois) !
  5. Faux. Il faut écrire : Mon émission préférée se fait désormais plus rare : de mensuelle, elle est devenue bimestrielle.
    Si l’émission est devenue plus rare, c’est qu’au lieu d’être diffusée chaque mois, elle ne revient plus que tous les deux mois. C’est précisément le sens de « bimestriel » !
  6. Phrase correcte.
  7. Phrase correcte.
  8. Faux. Il faut écrire : Pour remporter la Ligue des champions, il faut disputer treize rencontres, en général bimensuelles.
    Si les rencontres étaient « bimestrielles », c’est-à-dire qu’elles se déroulaient tous les deux mois, on aurait du mal à en programmer treize au cours de l’année !
  9. Phrase correcte.
  10. Faux. Il faut écrire : Quelle plaie que ces rapports bimestriels : heureusement, il n’y en a que six par an !
    L’année comportant douze mois, un rapide calcul nous confirme en effet que les rapports ne peuvent être rédigés que… tous les deux mois. Bimensuels, ils seraient vingt-quatre !

Besoin de vous remettre à niveau en orthographe ?
Entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr !

Une méthode innovante et ludique pour s’entraîner. Déjà plus de 3 millions d’utilisateurs !

Auteurs :
Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes
Agnès Colomb, auteur-adaptateur, correctrice professionnelle
Pascal Hostachy, cofondateur du Projet Voltaire et de la Certification Voltaire

5 réponses à « bimensuel » ou « bimestriel » ?

  1. Emma Boutet dit :

    Bonjour
    une question… j’ai trouvé cela dans le dictionnaire
    « BIMENSUEL, ELLE, adj.
    BIMENSUEL, ELLE, adj.
    A. Vx. ,,Qui se fait, qui paraît tous les deux mois«  (LITTRÉ Suppl. 1877). Synon. mod. bimestriel.
    Rem. Attesté également dans GUÉRIN 1892 qui à la suite de LITTRÉ Suppl. 1877, met en garde contre le sens ,,deux fois par mois«  pour lequel il prône semi-mensuel.
    B. Usuel. Qui a lieu deux fois par mois. Assemblée bimensuelle (Ac. 1932). Synon. semi-mensuel »

    Est-ce une erreur du Littré (« Synon. mod. bimestriel. ») ?

    Un grand merci

    Emma

    • Erick dit :

      Bonjour Emma,
      Non, le Littré n’a pas fait d’erreur. Il rend simplement compte de l’historique et de l’évolution de l’usage de cet adjectif.

  2. Nicolas SENÈZE dit :

    Si quinzomadaire est effectivement horrible en tant que mot, il désigne toutefois une réalité différente du bimensuel. En effet le quinzomadaire paraîtra tous les quinze jours, le bimensuel deux fois par mois, ce qui fait une différence les mois comptant 5 semaines !

    • BÜRRI dit :

      Depuis quand les mois comptent-ils 35 jours ?

      • Stéphanie B. dit :

        Les mois ont (pour la grande majorité) 5 semaines entamées – voire 6 (cf. mai 2016) – car on calcule 7 x 4 = 28, ce qui ne correspond pas au nombre de jours d’un mois (à part pour février 3x/4). Relisez la dernière phrase de Nicolas Senèze et vous comprendrez mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *