À trancher une bonne fois pour toutes : « un » ou « une » après-midi ?


C’est une question qui nou1024px-A_Sunday_on_La_Grande_Jatte,_Georges_Seurat,_1884s est régulièrement posée : quel est le genre du nom « après-midi » ? Pas d’inquiétude, vous ne commettrez pas de faute en préférant le masculin au féminin ou vice versa, puisque ce nom peut prendre les deux genres, avec néanmoins une légère nuance de sens et de style. Seule l’Académie française a tranché la question. Suivrez-vous ses recommandations ?

Pour insister sur la durée : une après-midi

On emploie « une matinée » ou « une soirée » pour indiquer qu’une action a duré. Par exemple, en disant « j’ai passé la matinée à ranger ta chambre » on insiste sur le temps qu’on y a passé, sans doute plusieurs heures. À l’inverse, « ce matin, j’ai rangé ta chambre » permet simplement de situer l’action. La tâche a eu lieu le matin, mais elle a pu durer quelques minutes. La distinction « matin/matinée » ou encore « soir/soirée » est également valable pour « après-midi » bien que le mot conserve la même forme. Si un ami vous pose un lapin, vous opterez pour le féminin : « Je t’ai attendu toute l’après-midi ! »

Pour avoir du style : une après-midi

On rencontre surtout le féminin dans le langage littéraire et poétique. Par exemple, chez Zola : « Par une après-midi grise et douce de novembre », écrit-il dans L’Argent en 1891. La Chanson d’après-midi de Baudelaire ne nous est ici d’aucune aide. Il faut plonger dans sa traduction des Histoires grotesques et sérieuses d’Edgar Poe pour lire « C’était une froide après-midi de novembre ». Mais tous les écrivains ne suivent pas cet exemple. C’est le cas de Camus qui emploie le nom au masculin dans L’Étranger : « L’après-midi était beau. »

Pour suivre l’avis de l’Académie : un après-midi

L’Académie française a finalement opté pour la forme masculine, et ce pour deux raisons. D’une part, le masculin est d’usage plus courant ; d’autre part, le nom « midi » étant masculin, il semble logique que ce genre soit conservé dans le composé « après-midi ». Par exemple, le titre du film de Sidney Lumet, avec Al Pacino, a été traduit en français de la manière suivante : Un après-midi de chien.

Vous possédez désormais trois arguments pour vous aider à trancher entre le masculin et le féminin et surtout pour justifier votre choix.

Sandrine Campese

 

Illustration : Un dimanche après-midi à l’île de la Grande Jatte (1884-1886) de Georges Seurat

 

 


À propos de Sandrine

Contributrice et modératrice

63 réponses à À trancher une bonne fois pour toutes : « un » ou « une » après-midi ?

  1. Thierry dit :

    Dois je dire « J’ai passé ma après-midi à jardiner. » (en considérant qu’après-midi est féminin) ou « J’ai passé mon après-midi à jardiner. » (en considérant qu’après-midi est masculin ?

    • Sandrine dit :

      Bonjour Thierry, qu’après-midi soit masculin ou féminin, on dira toujours « mon après-midi » et ce, pour des raisons d’euphonie. « Ma après-midi », en effet, serait difficile à prononcer, à cause de la proximité des deux « a ». De même, mon âme, mon amie, mon épée, mon histoire, etc. Bonne journée !

    • Jean TRIKI dit :

      Personnellement, je me mets à table le midi comme le soir, sauf que « là, près midi » il m’arrive de faire « l’assiette » pour en avoir plus, lol. Comme déjà soulevé, beaucoup poétisent, alors pourquoi pas. Phonétiquement, « bon après-midi » se prononce « bonne » après midi devant une voyelle, alors…?

      Peut être que pour couvrir l’illettrisme, il aura été trouvé une raison.

      • Sandrine dit :

        Bonjour Jean, l’argument phonétique est hasardeux. »Bon anniversaire » se prononce aussi « bonne anniversaire », pourtant, dans ce cas, il n’y a pas de doute possible : l’adjectif « bon » s’accorde au masculin avec le nom « anniversaire ». Bonne fin d’après-midi !

  2. Add Le Sage dit :

    Bonsoir Sandrine, pourquoi lycée prend é accent aigu e?

    • Sandrine dit :

      Bonjour Add Le Sage, bien que masculin, le nom lycée se termine par un « e muet », tout comme « caducée », « colysée », « macchabée », « mausolée », « musée », « périnée », « pygmée », « trophée », etc… Ces noms, d’origine latine et grecque, étaient déjà masculins (ou neutres) dans ces langues. Le « e » final est en fait une trace graphique de la finale latine -um, qui a disparu; par exemple Lyceum est devenu lycée. Bon week-end.

  3. Karim bargaoui dit :

    Bonjour!
    Ayant appris le français par les classiques de la littérature et la télé quand j’étais enfant, j’ai toujours eu l’impression que les deux usages étaient valables. Je suis cependant plus enclin à utiliser le féminin, je trouve que ça a plus de gueule. Comme le fait d’utiliser le plus que parfait du subjonctif ou quelque chose comme ça, accessible seulement aux amoureux de la culture française et bien loin des polémiques actuelles.

    • Sandrine dit :

      Bonjour, comme indiqué dans l’article, les deux usages sont valables et présentent une légère nuance. Vous pouvez donc utiliser le féminin qui est plus poétique, plutôt que le masculin qui est plus logique. Bon dimanche.

  4. Blue Bird dit :

    Bonjour,

    Merci beaucoup pour ces éclaircissements et suis content d’avoir visé juste en utilisant le masculin jusqu’à maintenant, plutôt par logique. Etant d’origine étrangère, je n’ai pas de références de l’enfance sur lesquelles je pourrais m’appuyer pour lever le doute concernant tel ou tel usage particulier, ou bien une finesse de la langue française. Aujourd’hui, c’était le tour du genre à employer pour le mot « après-midi », afin de clore le sujet définitivement dans mon esprit.

    Les explications sont suffisamment limpides, que je pense les avoir retenues une bonne fois pour toutes. Merci et bonne continuation !

  5. Scherpereel dit :

    Que de discussions pour pas grand chose

  6. hé bien moi ,je continuerai à dire une bonne après-midi ,comme on l’ a toujours dit dans ma famille ;d’abord je préfère garder le féminin quand on le peut encore
    bonne soirée à tous

  7. caroline dit :

    Bonjour Sandrine, merci beaucoup;; ravie de vous lire.

    voila , en effet, encore matiere a discussion : un hymne…. une hymne…..
    Hymne, le mot d’origine est masculin, mais semble majoritairement féminin en ancien français. Il était fréquent dans la langue poétique ou littéraire, que le mot soit employé au féminin, il était alors ressenti comme plus élégant.

    Voila pourquoi je pensais utiliser la version femininem la trouvant plus elegante mais je m’incline si cela s’avere etre une fausse utilisation.

    Pour l’instant, je suis aux Antilles neerlandaises mais HOme Sweet HOme est l’Andalousie.

    Une tres bonne journee
    Tres cordialement
    caroline

  8. caroline dit :

    J’ose le dire : un livre bien venu: un respect de la langue, de la traduction et le suspense est garanti! J ai savoure chaque page et normalement je ne lis pas ou moins en français : Les Visages de Jesse Kellerman. Osez aussi et quel delice….cette grammaire!

  9. caroline dit :

    Il y a des mots etc…. sur lesquels on bute regulierement et j’ai toujours prefere la logique, soit UN apres-midi car midi est masculin et meme si le masculin remporte toujours sur le feminin, je trouve dans ce cas qu’il est plus approprie de le respecter.
    Pour la duree et le style, j ‘avoue ne pas etre tres partisante meme si les ecrivains/artistes aiment a ecrire ce qu’ils veulent; dans la vie quotidienne – et les reformes sont tellement courantes que je compatis avec les dernieres generations; bien pire en Allemagne d’ailleurs – il serait agreable et bienvenu d’utiliser les mots convenablement. Je ne suis pas Zola, ni Poe donc aucune excuse pour ne pas dire : un bon apres-midi:-) que je vous souhaite a Toutes et a Tous

    • Sandrine dit :

      Merci Caroline de nous donner votre point de vue (qui est également celui de l’Académie française) mais où sont passés vos accents ? 🙂

      • Jean dit :

        Bonjour Sandrine, bonjour Colette, bonjour les « répondeurs »,

        Je n’ai pas d’âge, et je suis appelé « papou », un mot qui n’est pas officiel, mais qui sonne mieux que « papapy ». Je suis un papa d’enfants, en âge d’être un papy, ce qui fait de mes enfants d’être en âge d’être plutôt mes petits enfants et qui, de ce fait, profitent de mon attitude d’être en même temps leur père, avec une éducation complémentaire, à celle d’un grand père. Bref, n’étant pas dans l’art d’un grand comique comme Raymond Devos, ceci n’empêche pas cela.

        Je ne dis pas ça que pour raconter ma vie, mais pour dire que la vie m’en raconte. Elle m’en raconte tellement, que tout ce que j’ai pu apprendre à l’école, entre le français qui est la plus belle langue au monde, en est aussi la plus compliquée. Je pense surtout qu’elle s’est construite sur les bases du Grec et du Latin, et que traversée par de multiples civilisations, en effet, elle me semble plus utile à l’art qu’à la communication, mais quand même, essayons, me semble-t-il, de rester logique.

        Bien sûr que ma logique est de rendre à César ce qui lui appartient. En moins de mots de dire ou à dire au masculin ce qui est masculin, et au féminin ce qui est féminin. Ce qui n’empêche pas de prononcer « en féminin » ce qui est masculin, puis que l’on dit un bel après midi au lieu de beau, adjectif face à « une » voyelle, comme on dit un bel animal. Je pense qu’il s’agit d’un art à chanter en parlant, plutôt que « de chanter » en parlant, bien que les deux se disent, mais le sens n’est plus le même, à mon sens bien sûr.

        Je suis arrivé sur ce site, parce que dérangé par un journaliste, d’un journal télévisé, qui m’a souhaité « une belle après-midi. Sur ce « coup de gueule » intérieur, j’ai fait appel à Google, 🙂 lol, pour en tomber (sans me faire du mal, avec ou sans « du ») à choisir ce site d’explications.

        Avant de répondre, j’ai suis allé jusqu’au début, pour lire les 36 réponses, vers le bas, comme la position du 3 l’indique aussi. J’ai été amusé avec les « remarques », d’ailleurs remarquées par les réponses qui en ont suivies, merci Sandrine, aussi en ferai-je aussi, sur le modernisme, qu’on pourrait exprimer « à la moderne », car comme le « etc. ou le etc… », curieusement j’ai appris la seconde forme, qui aurait pour moi une manière de traduire par les deux points suivant ou suivants, verbe ou adjectif, un sous-entendu de répétition, tout autant que « à la moderne », ou le « la » précéderait le mot « forme » retiré de la phrase.

        L’intégration est un mot de plus en plus utilisé, pour remplacer le mot éducation ; qu’en pensez-vous? Avec mes enfants petits, ma descendance risque de s’arrêter là pour moi, car le monde devient surpeuplé. Aussi, non seulement je me dois d’éduquer mes enfants, mais en plus, en utilisant le double langage, celui qui me fut appris à la maison, comme à l’école, et celui qui, lorsque j’avais aussi eu, avant eux, leur âge, et que nous parlions dans la cours de récréation comme dans la rue, mais en l’absence de la présence de personnes adultes, surtout celles de qui nous étions connus. Aujourd’hui, j’ai toujours mal aux oreilles, lorsque j’entends les enseignants, du public, parler avec un langage grossier. Mais bon, encore des corrections à apporter à la maison, à l’intérieure de laquelle, comme à l’extérieur, j’évite de m’y habituer, mais c’est fou comme je suis moins bien compris. C’est vrai, les jeunes ne savent pas ce que sont les mots polis que j’avais appris, alors, je les dis dans une autre langue, et des fois, ça passe !!!

        Ainsi, je ne rejette pas le vocabulaire de mes enfants, pour rester « dans le vent », tout en leur demandant de me traduire, j’accepte leur langage, et je les informe de la version officielle.

        Je ne parle pas des texto, sans ou avec « s », des « k » plus courts à écrire que les « que », et tout ce que vous en savez. Sans ouvrir non plus la porte de l’Assemblée Nationale », avec les nouvelles lois sur l’école, je n’exagérerai pas qu’avec le français, nous avons plusieurs mots à choisir pour écrire ou parler une phrase, alors que nous voisins anglo-saxons, font plusieurs phrases différentes avec un même mot, dont la signification vient de tous ceux des autres qui l’entourent. Nos politiciens qui emploient un vocabulaire, non permis aux journalistes télévisés, bon, pas de hors sujet.

        Bref, à lire certaines réponses, sauf humour volontaire, dommage que la raison moderne, voire peut être aussi ancienne pour d’autres, aie du mal à passer, mais il faut bien le dire, difficile de comprendre correctement, surtout lorsque le « ton » n’y est pas. Et que dire de « pécunier » au masculin, alors que le mot, dans les deux genres, se prononce « pécuniaire ».

        Merci Sandrine pour ces billets.

        • Sandrine dit :

          Merci à vous Jean – dit « papou » – pour votre longue contribution pleine de sympathie et de sagesse. Nous sommes heureux de vous compter parmi nos lecteurs. À bientôt !

          • Jean TRIKI dit :

            Merci aussi à vous Sandrine et Caroline. Comme je suis aussi bavard avec les doigts, comme d’autres parlent avec les mains, un peu, oui quand même, autant que le geste accompagne la parole, et tout dépendra aussi de ce qui est dit, et de l’émotion qui l’anime.

            Si bien, que parler avec un ton fort, avec des mots polis, sommes-nous aujourd’hui bien compris? À se demander si parfois, il ne faut pas traduire en employant des mots vulgaires. Mais bon, double enseignement pour une intégration, je préfère la meilleure éducation, une histoire de nostalgie. Ou et puis, si non compris, cela peut calmer le jeu. Merci encore pour vos billets, rien que pour ne pas oublier. Pas évident de parler différemment que nos interlocuteurs, un bon exercice quand même.

        • caroline dit :

          Merci Jean,
          une belle hymne à la langue française! Merci pour prendre le temps. C’est tout simplement merveilleux ce que vous ecrivez!
          Je suis une  »expat » depuis de nombreuses annees – ma foi, on va la ou est le job – et oui, les accents manquent:-) mais j’insiste a partager ma culture car je trouve aussi que cela vaut la peine! Par contre, a part tous les text messages et autres impossible a dechiffrer pour les plus de 30 ans …..je me demande pourquoi les series francaises , par exemple, ne parlent que dans un language tres  »vulgaire ».???? Qu’en pensez-vous?

  10. sandier dit :

    bonsoir j’ai 64 ans et j’ai toujours dit un bel après- midi
    j’en ai fait un cheval de bataille pour que mes enfants et petits enfants disent un bel après midi
    je dis quoi maintenant ! la langue française part à la dérive .
    aidez-moi une fois pour tout comment doit-on dire cordialement

    • Sandrine dit :

      Chère Madame, pour le savoir, il suffit de lire notre article ! En deux mots, le masculin « un après midi » est plus courant et a reçu l’aval de l’Académie française. Le féminin « une après-midi » est plutôt réservé à la littérature et à la poésie. Bon après-midi :-).

    • Laroche Catherine dit :

      Bel ,est masculin ,il est employé ici pour faciliter la liaison . De la même manière ne dit-on pas : un bel œuf,un bel œil . ».etc etc,,,,Bon après-midi .Catherine. Sympa ce site .Merci pour nous.😍

  11. DEL CERRO Jean-Louis dit :

    comme dirait Roland Magdane, avec humour: c’est une après midi nuageuse mais…un après midi ensoleillé

  12. Diop dit :

    Elle est exceptionnelle cette Sandrine!
    Quelle concision!
    Et quels charmes..

  13. A.CHOOK dit :

    Un bel après midi.

  14. Louis dit :

    Bonsoir,
    On dit « le » midi, pas « la » midi. « Après » n’étant pas genré, on dit donc « un » après-midi. Tolérer « une » après-midi est bel et bien une faute (dont on peut user pour telle ou telle raison, en poésie par exemple, mais c’est quand même une faute). L’Académie, le Larousse, l’usage… ont une fâcheuse tendance à accepter les erreurs ; c’est dommage.

    • Sandrine dit :

      Bonjour Louis, il ne s’agit nullement d’une erreur. Le féminin après-midi étant le genre traditionnel, il est normal que les « institutions » le mentionnent, tout en précisant son emploi plutôt littéraire et poétique. Le fait d’indiquer le masculin (et même de le préférer, pour l’Académie française) montre bien que les « institutions » restent fidèles à leur mission première : se conformer à l’usage. Bonne journée.

      • Philippe dit :

        Bonjour Sandrine,

        Je suis parfaitement d’accord avec Louis et je persiste à penser que le genre dit traditionnel est précisément une faute, quoi qu’on puisse en dire. À force d’employer le féminin sans trop réfléchir – ce que font la plupart des gens – « on » finit par l’accepter, et c’est bien regrettable. Sans doute, certains poètes en ont-ils usé pour se faire plaisir ou bien, pour des raisons que j’ignore. Mais ne faut-il tout de même pas conserver un peu de cohérence devant l’évidence que représente le masculin incontournable de « midi », et afin d’écrire correctement, à long terme ?

        Cordialement

        • Nico dit :

          Louis,

          Vous noterez que « un midi » ne semble guère plus Français que « un après-midi » non ?

          En effet, depuis quand dit-on « un onze heures » ou « un treize heures », ou encore, « que manges-tu pour le seize heures » ?

          L’emploi adéquat semble être « à midi » et non « un midi » ..!
          Midi étant un horaire à l’instar des exemples précités !

          Pour ma part il me fut toujours enseigné de proscrire « le midi » pour préférer « à midi ».

          Il faut donc être indulgent avec les erreurs 🙂

  15. Julien dit :

    Un après midi est la bienvenue. Étant donné que midi est masculin l’article doit doit s’accorder en masculin . passe un apres midi.

    • Bruno Doutriaux dit :

      à ce moment là tu devrait dire un après midi est le bienvenu et non la bienvenue

      • Sandrine dit :

        En effet, on écrira : « un après-midi est le bienvenu ; une après-midi est la bienvenue » (sans oublier les traits d’union). Et, bien entendu, « tu devraiS dire » ;-).

        • Mo Mes dit :

          Que de polémique sur la langue française. Je viens sur ce site suite à ma responsable assistante de direction (moi je ne suis que secrétaire) qui me souhaite une bonne après-midi ! Je dois dire que ça m’écorche les oreilles car pour moi c’est un bon après-midi. Mes années d’étude sont encore dans ma mémoire ! Merci à vous

  16. Axel-A dit :

    Bonjour à tout le monde,
    eh bien, pour moi, depuis longtemps (toute ma vie) c’est UN après-midi, comme ça serait « Un Après-quelque-chose ». Un après tremblement de terre, etc. Et puis, pour le film « Un après-midi de chien » (Al Pacino) au moins, je respecte. Le trouble est présent quand on dit « Bel après-midi à vous », par exemple, les gens pensent tous que « bel » c’est féminin « belle », ils oublient un bel automne, un bel homme, etc.

    • Sandrine dit :

      Bonjour Axel-A, nous trouvons aussi, à l’instar de l’Académie française, que le masculin est plus logique. Pour autant, l’emploi du féminin ne saurait être considéré comme fautif. Bon après-midi ! 🙂

  17. Rachid dit :

    A l’instar de l’exemple : matin/matinée, soir/soirée.. et le souhait d’insister sur la durée dans l’emploi de soirée et matinée j’utiliserai pour « avant-bras » : avoir mal à un avant-bras et avoir mal tout au long d’une avant-bras..lol

    • Sandrine dit :

      Bonjour Rachid, je saisis mal la comparaison que vous établissez entre « après-midi » et « avant-bras », d’autant que ce dernier est toujours de genre masculin (UN avant-bras). Mais le « lol » qui conclut votre propos laisse à penser que c’est un trait d’humour. Je le prends donc comme tel :-). Bonne soirée.

  18. emile dit :

    si on se réfère aux exemples si dessus,

    on remarque que le féminin est utilisé quand l’après midi est grise, pluvieuse, … et que le masculin est utilisé quand on a un bel après midi 😉

  19. Steve dit :

    Je ne comprends pas pourquoi nous nous compliquons la vie. « Midi » est bien masculin, non ? En ce qui me concerne, je suis toujours choqué d’entendre « une bonne après-midi ».

    • Sandrine dit :

      En effet Steve, le masculin, préconisé par l’Académie française, est plus « logique ». Mais si la logique gouvernait à elle seule notre bonne vieille langue, cela se saurait ! 😉 C’est pourquoi le féminin est également possible, dans les cas détaillés dans le billet. Bonne journée !

  20. Demeulenaere William dit :

    C’est quand il faut rédiger des règles que tout devient plus compliqué.
    Lors de l’usage courant, le problème ne se pose pas, la bonne formule se présente automatiquement à l’esprit.
    Je suppose que c’est une question d’éducation, d’apprentissage, d’utilisation…

  21. HENRI dit :

    Sandrine Campese,
    si je ne trompe pas, on dit bien qu’il y a un avant et un après ?
    Alors pour moi la logique doit s’appliquer.

    Merci de vos conseils.

    Que pensez-vous de l’habitude désastreuse dans tous les médias de dire :  » un espèce  » ?

    Bonne continuation !

    • Sandrine dit :

      Bonsoir, certes, « après » employé comme nom est masculin, mais son genre n’est pas déterminant dans les mots composés. On écrit un après-rasage, un après-ski et un après-soleil car « rasage », « ski » et « soleil » sont masculins. Après-midi aurait dû suivre l’exemple d’après-dîner, mais le langage poétique a introduit la forme féminine, plus douce. Quant à avant-guerre et après-guerre, l’usage hésite entre le masculin et le féminin tandis que l’Académie se prononce logiquement pour le féminin (« guerre » étant de genre féminin). Enfin, écrire « un espèce » est une incorrection, mais le genre des noms a été tellement fluctuant à travers les âges, que l’usage finira peut-être par l’imposer… http://www.projet-voltaire.fr/blog/regle-orthographe/«-un-espece-de-sorcier-»-«-une-espece-de-sorcier-» Bonne soirée et merci de votre fidélité.

  22. Jacques R. dit :

    C’est à peu près la même chose pour « après-guerre ». Avec sa logique imperturbable, l’Académie a décidé qu’après-guerre était féminine, puisque guerre l’est, même si dans ce cas l’emploi au masculin est le plus usité.

    • Philippe dit :

      Non, ce n’est pas comparable avec « après-guerre », puisque, comme vous le précisez vous-même, « guerre » est féminin, « midi » est masculin. Dans ce cas, l’académie a raison. Ce qui est le plus employé n’est pas forcément une référence. D’ailleurs, n’est-ce pas tout simplement « l’après-guerre » qui est le plus employé, et non pas « un » ou « une »… ?

  23. Bernard dit :

    Merci beaucoup pour vos billets dont les thèmes sont toujours percutants.
    J’ai beaucoup de plaisir à apprendre au travers vos explications toujours claires et synthétiques.

    J’en profite pour poser une question qui pourrait faire l’objet d’un billet.
    Le thème : verbe conjugué + à/de + verbe à l’infinitif.
    Doit-on dire : je commence à travailler ou bien …. de travailler.

    J’ai entendu hier soir au Grand soir 3 Patricia Loison utiliser la préposition « de » alors que j’aurai utilisé « à », mais je ne me souviens plus des verbes concernés.

    Merci pour votre réponse

  24. Marie dit :

    Je suis en faveur de l’Académie (pour une fois )!
    Sur ce, un bon après-midi ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *