Prénoms : ce que l’étymologie nous révèle


Certains parents chLouis_XIV_of_Franceoisissent le prénom de leur enfant parce qu’il est joli, original et qu’il sonne bien. D’autres, ne voulant rien laisser au hasard, se renseignent sur son origine, son histoire et son sens. Collera-t-il à la personnalité du nouveau-né ? Lui portera-t-il chance tout au long de sa vie ? Comme souvent, l’étymologie nous permet d’y voir plus clair. Alors, portez-vous un prénom viril, puissant, divin ou serein ? Voici quelques prénoms incontournables et leurs significations.

Les prénoms virils

Pas étonnant que le prénom Charles ait été porté par autant de souverains ! Signifiant « homme fort » (Karl en allemand), il incarne le mâle vigoureux. Rassurez-vous, Charlotte et Carla n’en demeurent pas moins féminines. D’origine grecque, Alexandre est composé du verbe alexo, « repousser », et du nom andros (oui, comme les compotes !), « homme ». Alexandre est donc celui qui repousse l’ennemi, qui protège les hommes. C’est sur cette même racine que sont formés les prénoms féminins Alexia et Sandrine mais aussi les variantes étrangères Sacha et Alistair !

Les prénoms puissants

Deux prénoms français signifient « couronne ». Il s’agit de Stéphane et Étienne. Étienne est une latinisation du nom grec Stephanos, qui a donné Stéphane, et bien sûr Stéphanie. Victor et Nicolas sont également liés : Victor, du latin victor, est le « vainqueur », et Nicolas, « la victoire du peuple » (du grec nikê, « victoire », et laos, « peuple »). Il ne vous a pas échappé qu’un ancien président prénommé Nicolas veut à tout prix reprendre le pouvoir. On comprend mieux pourquoi !

 Le saviez-vous ?
Clovis et Louis sont les variantes du même prénom, qui signifie « célèbre par ses combats ». En hommage au premier roi des Francs que fut Clovis, dix-sept rois de France furent prénommés Louis. De même, François(e) n’est qu’une forme ancienne de « Français(e) ».

Les prénoms divins

Très en vogue depuis les années 2000, le prénom grec Théo signifie « Dieu » (excusez du peu !) et sert de préfixe à de vieux prénoms comme Théophile (qui aime Dieu), Théophraste (qui parle de Dieu), Théodule (qui est l’esclave de Dieu) et Théodore (don de Dieu), ce dernier étant l’équivalent de Matthieu, d’origine hébraïque, et de Dieudonné.

Les prénoms sereins

 Trois autres prénoms, aux valeurs plus modestes mais tout aussi louables, méritent d’être cités. Félix, de l’adjectif latin felix, est « heureux ». Georges, du grec , « la terre » et ergon, « le travail », est « laboureur » ; enfin, comme son nom l’indique, Philippe aime le cheval, du grec phileo, « aimer », et hippos, « cheval ».

Sandrine Campese


À propos de Sandrine

Contributrice et modératrice

22 réponses à Prénoms : ce que l’étymologie nous révèle

  1. Bobine dit :

    Merci pour ce rappel essentiel! J’ai choisi les prénoms de mes enfants principalement en raison de leur étymologie, mais également de leur histoire. Pour moi, c’était une chose essentielle, à ne pas prendre à la légère. D’ailleurs, leur signification profonde n’était pas anodine, par rapport à notre vécu du moment.
    J’ai également travaillé l’étymologie des prénoms avec mes élèves qui ont réalisé une production artistique ayant pour base leur prénom et son étymologie. Quelle joie cela a fait naître chez certains, qui ont vu que leur prénom avait une signification précieuse et bien souvent une histoire très riche! Nous avions travaillé en même temps plusieurs disciplines, tout en les distrayant. Cela avait été un très bon moment!
    Ils avaient d’ailleurs beaucoup ri en apprenant que mon prénom signifiait « caressant, flatteur »!

    • Sandrine dit :

      Merci pour votre témoignage. Je ne suis pas étonnée que vos ateliers « étymologies de prénoms » plaisent autant à vos élèves. C’est ludique, ça enrichit leur vocabulaire et ça leur permet de questionner leur identité et celle de l’autre. À côté de l’étymologie traditionnelle, il y a une autre façon d’analyser les prénoms, via la « langue des oiseaux », qui se base uniquement sur les sonorités du nom. Par exemple, dans mon cas, Sandrine, d’origine grecque, signifie étymologiquement « défense de l’humanité » mais en langue des oiseaux, on entend « sang drine » (drainer le sang), « cendre in » (renaître de ses cendres) ou encore « sand rine » (rien que du sable) ! Si le sujet vous intéresse, je vous renvoie à notre article http://www.projet-voltaire.fr/blog/origines/le-sens-cache-des-mots-ou-langue-des-oiseaux ainsi qu’à l’ouvrage de Luc Bigé, Petit dictionnaire en langue des oiseaux. Bonne journée !

  2. Brigitte Maurin dit :

    Il semble que le prénom « Timéo » plaisent à certains parents. La seule étymologie que je voie me fait craindre (!) le pire. J’imagine qu’il en est une autre, plus exotique évidemment. La connaîtriez-vous ? Merci.

    • Sandrine dit :

      Bonjour Brigitte, en effet, le latin timeo signifie « craindre » mais si l’on cherche du côté du grec, on découvre que Timéo a la même origine que Timothée (Thimoteos). Il vient de timè, « tenir en honneur », et de théos, « Dieu », d’où le sens : « honorer Dieu ». Bonne journée.

  3. DARROUZET dit :

    Bonsoir, je viens de tomber sur votre lien fort intéressant. Que pourriez-vous me dire sur le prénom « Pascal » je vous prie ?
    Cordialement

    • Sandrine dit :

      Bonjour Pascal, votre prénom vient de l’hébreu pessah et de l’araméen pasha qui signifient « passage», substantif dérivé d’un verbe qui se traduit par « sauter » dans le sens de « passer outre », « épargner ». Passé en latin, pasqualis a le sens de « relatif à la fête de Pâques ». Enfin, dans la « langue des oiseaux » (qui ne s’appuie pas sur l’étymologie mais sur les sonorités des mots), Pascal « ne cale pas » : « pas-cale » indique une attitude déterminée qui refuse de céder facilement au premier venu. « Pas de cale » évoque aussi le fait de ne jamais vouloir s’arrêter de rouler sa bosse. Pour plus d’informations sur la langue des oiseaux, je vous invite à consulter notre article : http://www.projet-voltaire.fr/blog/origines/le-sens-cache-des-mots-ou-langue-des-oiseaux. Bonne journée.

  4. sonia maillard dit :

    bonjour
    merci pour cette information sur l’étymologie des prénom
    pourriez vous me renseigner sur celle de Timothée
    merci

  5. C’est certain que les prénoms ont tous leurs histoires et significations. Pas étonnant que les voyants l’utilisent en amour pour calculer le taux de compatibilité amoureuse d’un couple.
    Je viens d’avoir un bébé, je l’ai appelé Nathan, juste parce qu’un acteur dans une de mes séries préférées avait le même prénom. Ce n’est qu’en lisant votre article que je me suis informée de sa signification. Et il signifie « cadeau ». J’espère que ce prénom va lui porter chance tout au long de sa vie.

  6. Alban dit :

    Georges avec un « s » en français… (sauf George Sand, bien sûr, mais il s’agit là d’un emploi exceptionnel au féminin)

  7. Viviane Mansuy dit :

    Bonjour et bravo pour votre travail.
    La modeste linguiste -tendance grammairienne- que je suis apprécie de trouver des amoureux du verbe (au sens large) dans les méandres de l’écrit anarchique d’internet !

    Mon prénom (Viviane) m’a toujours fasciné. Ma mère l’a choisi après avoir lu « L’enchanteur » (de Barjavel) et ayant grandi près de la forêt de Pimpom, il a été comme un guide dans l’univers de la fantaisie arthurienne.

  8. Colette GENDREU CARMINATI dit :

    Je cherche l’orthographe de augure au pluriel, est-ce comme amour et orgues ?

  9. GALLET Sophie dit :

    Bonjour,

    Mon prénom est Sophie est son origine est… une erreur de traduction du grec ancien! Un des prénoms les plus donnés vient ni plus ni moins que d’une erreur de traduction. 😉 En fait, comme dans les premiers textes où l’on retrouve « Sophie » en l’occurrence « la Sagesse », celle-ci est décrite de façon personnifiée, en disant par exemple qu’elle avait 3 enfants « Foi, Espérance et Charité », initialement, les premiers traducteurs du grec ancien ont pensé qu’il s’agissait d’une personne. D’ailleurs, il est à noter qu’en anglais, on retrouve les prénoms Faith (Foi) et Hope (Espérance). Ainsi, le prénom Sophie était né. Quand ils se sont aperçus de leur erreur, il existait déjà tellement de femmes qui s’appelaient Sophie, qu’on ne pouvait plus revenir en arrière! :-/ Et nous voilà! 😉

  10. CASULA ISABELLE dit :

    J’aurai beaucoup aimé avoir le même article sur les prénoms féminins.
    Cordialement

  11. rimbert dit :

    bonjour,

    Vous avez toute mon admiration pour vos connaissances.
    J’ai écrit un roman concernant Dracula ou plutôt Draculea le prince roumain. Un roman historique. Je ne suis pas sûre de ma syntaxe. Comment pourrais-je faire? Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *