Consonnes finales muettes : d’où viennent-elles, à quoi servent-elles ?


On ne les entend pas et pourtanlatint elles sont bien là ! Des consonnes muettes se sont installées à la fin de nos mots. La plupart d’entre elles ont été introduites dès le XVIe siècle par « relatinisation », conformément à leur étymologie latine. En prenant appui sur quelques noms courants, nous vous proposons de découvrir l’histoire de ces consonnes qui, il faut bien le reconnaître, sont source de nombreuses fautes d’orthographe…

pouls

D’abord écrit pous, « pouls » a gagné un « l » au XVIe siècle, en référence à sa racine latine pulsus. Le terme, employé en médecine, désigne le battement des artères et par extension l’endroit où l’on « tâte le pouls ». Au figuré, « prendre le pouls » revient à évaluer une situation. En France, depuis 1938, des sondages et des baromètres prennent régulièrement le pouls de l’opinion.

corps

En ancien français, « corps » s’écrivait cors. La preuve, cette graphie a donné naissance aux noms « corset » et « corsage », deux vêtements qui recouvrent une partie du corps. Vexé d’avoir été oublié, le « p » du latin corpus est venu s’ajouter au « s ». Ces consonnes étymologiques permettent de distinguer le corps du « cor au pied » ou du « cor de chasse » (que l’on retrouve dans l’expression « à cor et à cri »).

poing

« Poing » tire son « g » du nom latin pugnus, « main fermée », qui a donné « pugnacité ». « Poing » a comme homophone « point », qui doit également son « t » au latin punctum, « piqûre ». On distinguera donc les expressions « au poing » (à la main) et « au point » (prêt).

champ

Il ne vous a pas échappé que « champ » a conservé le « p » étymologique mais pas le « s » issus du latin campus. C’est la même chose pour « camp ». La raison ? Sans doute pour permettre la formation des dérivés « campagne » et « champagne », qui sont des doublets (mots ayant la même étymologie mais auxquels l’usage a donné des acceptions différentes).

puits

« Puits » s’est d’abord écrit puis. C’est au XVIe siècle qu’on lui a ajouté un « t » en référence à sa racine latine puteus, « trou, fosse ». Pourquoi ? Pour éviter l’homographie (même écriture) avec l’adverbe de temps « puis ».

temps

Les formes « tens » et « tems » étaient courantes au Moyen Âge. Ainsi, dans l’édition originale de La Deffence et Illustration de la Langue Francoyse (1549), le poète Joachim du Bellay écrit « tens ». Ces graphies ont d’ailleurs perduré jusqu’aux XVIIe-XVIIIe siècles, avant que l’on ressuscite l’orthographe étymologique issue de tempus.

poids

Avec « poids », nous sommes en présence d’une relatinisation ratée ! Certains ont cru que « poids » était issu du latin pondus et ont ajouté un « d » au nom qui s’écrivait alors pois. Mais il n’en est rien : « poids » vient du latin pensum. Par conséquent, « poids » devrait s’écrire « pois », conformément à son étymologie réelle et à son dérivé « peser ». Le problème, si « poids » redevenait « pois », c’est qu’on le confondrait avec le légume de forme ronde qui peut être petit, chiche, gourmand ou cassé !

En conclusion, les consonnes finales muettes ont pour but de conserver le souvenir d’une racine latine et, de manière plus pragmatique, de distinguer des homonymes (exemples : poids et pois, puits et puis, corps et cor…). Elles sont la preuve, s’il était encore possible d’en douter, que l’orthographe française n’est pas phonétique mais bien étymologique !

Sandrine Campese

Crédit Photo


À propos de Sandrine

Contributrice et modératrice

2 réponses à Consonnes finales muettes : d’où viennent-elles, à quoi servent-elles ?

  1. PAUL dit :

    D’où vient le marc de café prononcé « marre » et pourquoi parle-t-on de la place Saint Mar’ alors que le prénom est bien prononcé marK. Je m’y perds…

    • Sandrine dit :

      Bonjour Paul, le marc est dérivé de « marcher », pris au sens de « fouler, piétiner, écraser ». Le mot désigne le résidu de fruit, d’herbe ou de toute autre substance qu’on a pressurisée ou infusée pour en retirer le suc. C’est au XVIIIe siècle que le « marc de café » est apparu dans le vocabulaire des arts divinatoires. Il est également utilisé en jardinage comme engrais ou répulsif. Le « c » de marc est muet, ce qui le distingue du prénom Marc, bien que ce dernier se prononce [mar] dans « Saint-Marc », s’agissant de la place vénitienne et de la marque de lessive. Bonne journée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *