Archives de catégorie : Question orthographe page 1

Savez-vous nommer les fautes ?

Les fautes, on en commet, on les ignore, on les pardonne, on les corrige, on les déteste, on les combat, mais connaît-on leurs petits noms ? Pour commencer, on appelle cacographie le fait de mal écrire un mot. Et si l’on est fâché avec l’orthographe depuis l’école, qu’on a mal assimilé ses règles, on souffre sans doute de dysorthographie. Essayons à présent d’établir une typologie des fautes les plus courantes. Fautes lexicales et grammaticales – Si vous écorchez un mot en écrivant, par exemple, « aéropage » pour aréopage, « infractus » pour infarctus, « omnibuler » pour obnubiler, vous commettez un barbarisme. À en croire l’étymologie, cela … Continuer la lecture

Savez-vous nommer les fautes ?
Marqué avec , , , , | 8 commentaires

Nom ou verbe ? Cinq homophones à distinguer

En français, de nombreux mots se prononcent de la même façon. Seule l’orthographe les différencie. Bien souvent, ces homophones sont des noms, mais il n’est pas rare de rencontrer un nom et un verbe qui se ressemblent presque comme deux gouttes d’eau. Le verbe peut être conjugué ou à l’infinitif. Même s’ils n’ont pas la même nature, ces « faux frères » sont source de confusions. En voici quelques exemples. Arête et arrête Le nom arête vient du latin arista (barbe d’épi) et désignait d’abord la partie fine et longue d’un végétal. Par la suite, l’arête est devenue la tige du squelette … Continuer la lecture

Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

À trancher une bonne fois pour toutes : la règle « sans + nom »

Le nom qui suit la préposition « sans » doit-il être au singulier ou au pluriel ? Puisque « sans » indique l’absence, la logique voudrait qu’on emploie le singulier, mais le pluriel est tout aussi fréquent. Un vrai casse-tête qui mérite d’être tranché une bonne fois pour toutes, en distinguant trois cas de figure. 1) Le nom est au singulier – s’il désigne une réalité abstraite ou une réalité concrète que l’on ne peut compter : un départ sans adieu, être sans défense, payer sans délai, sans égal, sans égard, arriver à un résultat sans effort, une terre sans eau, sans foi ni … Continuer la lecture

Marqué avec , , , , , , , | 2 commentaires

La majuscule, tout un art !

Pourquoi utiliser des majuscules, c’est-à-dire des lettres plus grandes, en début de mot ? Pour distinguer, par exemple, un état grippal d’un État fédéral, l’océan Pacifique d’un océan pacifique, c’est-à-dire calme et paisible. De même, il est plus agréable d’arriver à la Réunion qu’en réunion ! Loin d’être un détail, la majuscule est indispensable pour éclairer le sens d’un mot et son oubli constitue une faute. Si les exemples cités vous sont familiers, plus épineux sont les cas où les majuscules entrent dans la composition du titre d’une œuvre. Les titres d’œuvres commencent tous par une majuscule. La question est de savoir … Continuer la lecture

Marqué avec , , , | 33 commentaires

Non, l’artichaut n’est pas « chaud » ! Ces mots qui nous induisent en erreur

On a toujours une bonne raison de faire une faute d’orthographe ! En effet, nombre de nos erreurs ne sont pas le fruit de l’ignorance. Nous les commettons parce que nous pensons à un autre mot dont la sonorité ou la forme est proche. Ainsi, nous sommes tentés de mettre un « d » à la fin d’artichaut car nous pensons à « chaud », d’écrire « pécunier » (au lieu de pécuniaire) sur le modèle de « financier », d’ajouter un « s » à « souci » pour qu’il ressemble à « souris », etc. Et si nous confrontions les principaux mots concernés avec leurs meilleurs ennemis ? « accord » mais « acompte » Le nom acompte résulte … Continuer la lecture

Marqué avec , , , , , | 12 commentaires

Cinq paronymes que l’on confond tout le temps (suite)

Les paronymes sont des mots qui se ressemblent presque comme deux gouttes d’eau. Une syllabe voire une seule lettre les différencie et pour cause, ils ont généralement la même racine. Mais gare au sens ! Doit-on parler d’une heure d’affluence ou d’une heure d’influence ? Est-ce l’attention ou l’intention qui compte ? Fait-on éruption ou irruption dans une réunion ? L’ours hiberne-t-il ou hiverne-t-il ? Voici une nouvelle série de paronymes à ne plus jamais confondre. Affluence et influence Ces deux paronymes ont la même racine : le verbe latin fluere (couler). Affluer signifiant « couler vers », le nom affluence a d’abord concerné l’eau. Désormais, il … Continuer la lecture

Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , | 4 commentaires

Apogée, échappatoire, hémisphère… Ces noms sont-ils féminins ou masculins ?

Un apogée ou une apogée, un échappatoire ou une échappatoire ? Un hémisphère ou une hémisphère ? Vous séchez ? C’est normal, le genre des noms de la langue française ne répond à aucune logique particulière. Sans compter que certains ont changé en cours de route. La solution ? Mémoriser les exemples les plus courants, parmi lesquels… UN apogée Avec son « e » final, le nom apogée a tout l’air d’être féminin. Détrompez-vous ! On dit « un apogée ». Pour retenir son genre une fois pour toutes, on l’associe à Apollon, dieu grec de la beauté masculine. Bien que terminés par -ée, les … Continuer la lecture

Marqué avec , , , , , , , , , , , | 2 commentaires

5 expressions à bien orthographier… une fois pour toutes !

« Bayer aux corneilles », « faire bonne chère », « c’est là que le bât blesse », une « maison de plain-pied », « par acquit de conscience », ces expressions ont toutes un point commun : elles sont généralement mal orthographiées. Pourquoi ? Parce que nous en avons oublié l’origine et le sens ! C’est pourquoi bayer se confond avec « bâiller », chère avec « chair », bât avec « bas », plain avec « plein », acquit avec « acquis ». Comme souvent, un petit détour par l’étymologie est indispensable pour comprendre et mémoriser la bonne orthographe. Bayer aux corneilles Bayer est un vieux verbe issu du latin batare, fondé sur l’onomatopée bat, jadis utilisée pour reproduire le bruit que l’on fait … Continuer la lecture

Marqué avec , , , , , , , , | 4 commentaires

Paris est beau ou Paris est belle ? Le genre des noms de villes

  Presque aussi énigmatique que le sexe des anges est le genre des noms de villes. Prenons Paris, par exemple. Diriez-vous qu’il est beau ou qu’elle est belle ? Certes, vous pouvez toujours éluder la question en utilisant des périphrases comme « la Ville Lumière » ou « la capitale ». Mais si c’est bien « Paris » que vous souhaitez employer, sachez que le genre des noms de villes n’est pas fixé dans l’usage. Autrement dit, vous rencontrerez à la fois le masculin et le féminin au gré de vos lectures. Voici néanmoins quelques éléments pour vous aider à vous décider. Jadis, les noms de villes étaient … Continuer la lecture

Marqué avec , , , , | 28 commentaires

Ail, ciel, final… ces mots qui ont deux pluriels

Nous l’avons vu, quelques noms de la langue française ont deux orthographes au singulier, l’une étant la variante de l’autre. Mais ce n’est pas tout ! Certains mots ont également deux pluriels. Ainsi, ail fait « ails » ou « aulx », ciel, « cieux » ou « ciels », final, « finals » ou « finaux ». Comment choisir ? En se fiant au sens ! Avec ces quelques indications, vous saurez en un clin d’œil quel pluriel employer. aïeul : aïeuls et aïeux Le pluriel aïeuls désigne les grands-parents tandis qu’aïeux s’emploie pour ceux dont on descend, c’est-à-dire nos ancêtres, et plus généralement les personnes qui ont vécu dans les siècles passés. C’est la seconde forme qui … Continuer la lecture

Marqué avec , , , , , , , , , , | 3 commentaires