Le Bled publie « Les 100 fautes que les recruteurs ne veulent plus voir »


Le Bled, référence en matière d’ouvrages sur l’orthographe, la grammaire et la conjugaison, vient d’éditer en partenariat avec le Projet Voltaire « Les 100 fautes que les recruteurs ne veulent plus voir ». Pointant les fautes les plus fréquentes, l’ouvrage propose une correction et des exercices pour ne plus tomber dans ces pièges dont les conséquences peuvent être catastrophiques sur un CV ou sur une lettre de motivation.

Bled - Les 100 fautes que les recruteurs ne veulent plus voirDe récents travaux de recherche ont prouvé l’importance de l’orthographe lors du processus de recrutement (voir l’article). 82 % des recruteurs sont sensibles à l’orthographe des candidats et une faute sur un CV divise par trois les chances de réussir la première étape de sélection.

Face à ce constat, le Bled et le Projet Voltaire proposent un ouvrage résolument tourné vers la réalité de l’expression écrite en entreprise.

Apprendre à repérer les pièges est une première étape vers le zéro faute. Des témoignages de recruteurs et des exemples aident à prendre conscience de l’incidence de telles erreurs sur son interlocuteur, surtout lorsqu’un emploi est à la clé ! Cécile Dubois, directrice de projets e-commerce, explique par exemple qu’« une candidature contenant une faute de pluriel est immédiatement éliminée de la pile… ».

Aurore Ponsonnet, formatrice en orthographe et membre du comité d’experts du Projet Voltaire, a donc conçu cet ouvrage de façon qu’il soit ancré dans la réalité professionnelle : un piège à éviter, une explication simple et des exercices pratiques pour ne plus commettre la faute. Retrouvez également de nouvelles annales corrigées du Certificat Voltaire en fin d’ouvrage pour tester votre niveau et vous préparer au mieux à la rédaction d’un CV irréprochable.

Retrouvez « Les 100 fautes que les recruteurs ne veulent plus voir » aux éditions Hachette en librairie ou sur Internet.


16 réponses à Le Bled publie « Les 100 fautes que les recruteurs ne veulent plus voir »

  1. diaby dit :

    Bonsoir madame ,svp je participe à un forum sur le net ,où je partage certaines informations en français surtout certaines mauvaises expressions utilisées pendant les echanges.Je souhaiterai que vous m’aidiez à partager certaines mauvaises expressions à mes amis en m’envoyant si possible des mauvaises expressions couramment utilisées à l’oral.Mon intention en faisant cela est simplement d’aider mes amis à bien s’exprimer en français.Cordialement

    • Sandrine dit :

      Bonjour Diaby, voici quelques expressions souvent mal orthographiées (ici correctement écrites) : bayer aux corneilles, par acquit de conscience, je vous saurais gré, en filigrane, sans crier gare, rendre la pareille, battre à plate couture, avoir affaire à quelqu’un, se réunir à huis clos, rebattre les oreilles, pallier un problème, loin de là ou tant s’en faut, etc. Pour le reste, vous devriez trouver votre bonheur en naviguant sur notre blog ou notre page Facebook. Bonne journée.

  2. ATTOUNGBRE JOSEPH dit :

    Il va falloir trouver un moyen de l’enseigner comme contenu exclusif.

    • Sandrine dit :

      Bonjour Joseph. Qu’entendez-vous par « contenu exclusif » ?

      • ATTOUNGBRE JOSEPH dit :

        En Côte d’Ivoire, la Commission Pédagogique Nationale, qui réunit les professionnels de l’enseignement du Français, a décidé d’axer l’évaluation sur l’enseignement/apprentissage de contenus en orthographe grammaticale. Ce sont ces point enseignés qui sont évalués. On parle depuis deux ans de textes lacunaires, de textes à trous. Les candidats l’entrée en 6ème ont déjà été éprouvés là dessus.

  3. Josiane52 dit :

    Super ce livre ! Je l’ai acheté pour ma fille, elle est séduite par les illustrations et les explications !
    Je ne comprends pas pourquoi les autres commentaires ne concernent pas l’info… Les gens ne se concentrent que sur les fautes que commettent ceux qui écrivent les articles…

  4. Sylvie dit :

    Bonsoir, j’aimerais beaucoup acheté ce livre, mais introuvable au Québec, Canada (3 juin 2016). Est-il prévu qu’il traverse la mer?

  5. Sandrine dit :

    À tous les lecteurs qui en ont été froissés, la maladresse a été corrigée.

  6. Ancelin dit :

    Bonjour. Mes enfants ont quitté l’école. Mais nous nous sommes battus et ce n’est pas un vain mot. Pour que la dictée reprenne ses droits à l’école. Devant un refus et un prétexte de rabaissement de l’enfant vis à vis des autres et de l’inutilité de cette pratique. Malgré les arguments montrant un rapport aux problèmes arithmétiques qui mettent en pratique les additions, les multiplications, etc. Les dictées permettent la compréhension et la pratique des règles grammaticales et orthographiques. Nous nous sommes résignés à exercer nos enfants à la dictée après l’école. En dernière classe de primaire l’institutrice de ma fille (rareté) a remis la dictée à l’ordre du jour… Ma fille disant que ses copines faisaient jusqu’à quarante fautes sur un texte de cinq lignes.
    Si aujourd’hui rien ne bouge, c’est que trop peu de personnes porte attention à l’enseignement que reçoivent leurs enfants ou que « l’enseignement » est fait de telle sorte que nos enfants restent ignorants pour être mieux gouvernés.

  7. de façon qu’il soit  » encré », cet écrit que j’aime !

  8. Med dit :

    Trop fort !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *