L’e dans l’o expliqué à qui « vœux » !


À peine la nouvelle année a-t-elle etoile
pointé le bout de son nez que l’on échange ses « meilleurs vœux ». On les souhaite même « de tout cœur ». Vous l’aurez compris, ce 1er janvier est l’occasion rêvée de vous parler du « e dans l’o », également connu sous le nom de « ligature ».

Définition et origine

 L’œ, ligature du « o » et du « e », est une lettre étymologique héritée de l’histoire. On la rencontre dans un certain nombre de mots empruntés au latin et au grec.

Ainsi « collées », les deux lettres n’en forment qu’une : c’est un digramme. À noter que l’« o » et l’« e » peuvent aussi être indépendants et prononcés séparément, par exemple dans coexistence.

Preuve supplémentaire que l’œ est une lettre à part entière (on parle de « graphème » unique) : elle ne s’écrit pas « OE », ni « Oe » en majuscules, mais « Œ ».

Deux prononciations

L’œ a une fonction phonétique, il équivaut tantôt au digramme « eu », tantôt à la voyelle « e », prononcée [é].

œ se prononce [eu], par exemple dans « œil » ou « œillet ». La plupart du temps, œ s’accompagne de la voyelle « u », comme dans bœuf, œuf, chœur, cœur, manœuvre, mœurs, œuvre, sœur… Dans tous ces exemples, le son [eu] est ouvert. La rime est donc parfaite dans l’adage « Qui vole un œuf vole un bœuf » !

Mais dans « nœud » et dans le mot qui nous intéresse ici, « vœu », le son [eu] est fermé : la bouche s’avance et forme un tout petit rond. Même prononciation dans les pluriels bœufs et œufs où le « f » final est tu.

– traditionnellement œ se prononce [é] dans les mots d’origine grecque : fœtus, œcuménique, œdème, œnologie, œsophage, Œdipe, phœnix (qui s’écrit aussi phénix)… Mais, sûrement influencé par la prononciation du nom œil, l’usage a de plus en plus tendance à dire [eu] lorsqu’il rencontre œ, variante qui prend progressivement place dans les dictionnaires.

Mots sans « e dans l’o »

 À présent que nous avons dressé la liste des principaux mots en œ et leurs prononciations, voici quelques noms qui comportent un « e » et un « o » bien distincts, à l’œil comme à l’oreille !

moelle et moellon, dans lesquels oe se prononce [wa] ;

– les mots comportant un accent ou un tréma comme poète, poêle, goéland, Groenland, Noël… ;

– les noms propres d’origine anglaise ou néerlandaise : Edgard Poe et Daniel Defoe (l’auteur de Robinson Crusoé), les Boers, van der Goes… ;

– pour certains patronymes allemands, les deux écritures, avec ou sans ligature, sont possibles : Goethe ou Gœthe, Goebbels ou Gœbbels. La prononciation est la même que dans « œufs » et « bœufs ».

Vous souhaitez réviser cette leçon en chœur ? C’est possible grâce à un grand amateur de ligatures, plus connu sous le nom de Serge Gainsbourg ! Il évoque « l’e dans l’o » de cœur dans En relisant ta lettre et « l’e dans l’a » du prénom Lætitia dans Elaeudanla Téïtéïa.

Sandrine Campese

Crédit photo 

 


À propos de Sandrine

Contributrice et modératrice

3 réponses à L’e dans l’o expliqué à qui « vœux » !

  1. Sauvage dit :

    Pour L’e dans l’o, il faut rappeler que le o est étymologique : mot latin avec un o : bovis pour bœuf, ocul(is) pour œil, cord(is) pour cœur, soror pour sœur etc.

  2. Diop dit :

    Vous et vos collègues faites un travail exemplaire.

    Travaillez, prenez de la peine :
    C’est le fonds qui manque le moins.
    Jean de la Fontaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *