Les origines de ces fameuses expressions : « Faire long feu » et « Ne pas faire long feu »


Cela ne saute pas aux yeux, pourtant il ne s’agit pas d’une expression et de son contraire mais bien de deux expressions distinctes.

N’en déplaise aux contradicteurs, l’une fait référence à une situation d’échec, l’autre à quelque chose de vif et de passager.Ne pas faire long feu

Faire long feu se dit d’un fait ou d’une circonstance qui traîne en longueur pour, au bout du compte, invariablement échouer. Cette expression remonte à l’époque des premières armes à feu, lorsque les canons et les fusils devaient être chargés avant chaque tir. Si la poudre était humide, s’éteignait ou mettait trop de temps à se consumer, les artilleurs rataient leur coup. On utilise ainsi Faire long feu lorsque l’on parle d’une action longue, qui conduit  à un échec.

L’expression Ne pas faire long feu, quant à elle, tire son origine d’un véritable brasier. Elle repose sur l’image d’un feu de paille : rapide, éphémère et implacable. On l’emploie pour désigner une situation qui ne dure pas.
Une autre explication renvoie à la mythologie grecque et à l’un de ses héros : Méléagre. L’existence de ce grand chasseur était étroitement liée au tison brûlant d’un foyer. Le mythe veut que lorsque le tison aurait entièrement brûlé, la vie serait ôtée à Méléagre. Le côté éphémère est ainsi de nouveau privilégié.

En définitive, Faire long feu se rapporte à un échec et Ne pas faire long feu à la brièveté d’une situation. Et vous, utilisiez-vous jusqu’à présent ces expressions à bon escient ?


5 réponses à Les origines de ces fameuses expressions : « Faire long feu » et « Ne pas faire long feu »

  1. Paul dit :

    Dans la cheminée les bûches ont fait long feu, qui s’en plaindrait…

  2. Kaizer dit :

    C’est marrant, parce que quelqu’un m’a assuré que « faire long feu » signifie ne pas durer longtemps. Cela fait référence au fait que quand un feu est haut et grand, les choses se consument vite. Par conséquent, « ne pas faire long feu » serait un abus de langage (d’après lui). Mais je n’ai pas encore trouvé de confirmation. Ca serait possible d’après vous ?

    • Sandrine dit :

      Bonjour Kaizer, voici la règle :
      À l’origine, la locution « faire long feu » s’appliquait à une arme à feu dont la charge de poudre prenait trop lentement pour faire partir le coup ; aujourd’hui, elle signifie « échouer » : ce projet a fait long feu.
      À la forme négative, on distingue deux cas : soit la phrase a un sens positif et l’on utilise « ne pas faire long feu » au sens de « ne pas traîner » (Sa déprime n’a pas fait long feu, elle a vite retrouvé le sourire) ; soit la phrase a un sens négatif, et il vaudra mieux employer des expressions comme « ne pas durer », ne pas s’éterniser » (Le beau temps n’a pas fait long feu, revoilà les orages !)
      Bon week-end.

  3. Pierre dit :

    Pascal, merci pour vos explications -toujours très intéressantes- des « fameuses expressions ». Celle-ci semble avoir été bien utile à Soky ; cette explication n’a donc pas été vaine, ce n’est pas un échec… Elle n’aura donc pas fait long feu ?!… Difficile d’utiliser « faire long feu » au négatif pour parler d’une réussite ^o^

  4. soky dit :

    « Ne pas faire long feu » est courant. Par contre, je ne connaissais pas l’expression « faire long feu ». Pas de pot, ces artilleurs ont fait chou blanc. Je découvre également le mot « tison ». Merci pour cette découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *