Des astuces collaboratives dans le Projet Voltaire


La rentrée 2014 voit l’arrivée d’une nouvelle fonctionnalité dans le Projet Voltaire : les astuces collaboratives que vous pouvez créer ou récupérer.

Comment faire ?

Dans le Projet Voltaire, lorsque la réponse affiche la règle de grammaire ou d’orthographe, vous pouvez cliquer sur le petit bouton à droite en forme d’ampoule.

Ensuite, vous pouvez créer une astuce qui vous aidera à vous souvenir de la règle, et la rendre publique ou  privée.

Vous pouvez consulter les autres astuces publiques s’il y en a, et en choisir une.

Enfin, vous pouvez nous alerter si vous voyez une astuce non convenable.

Lorsque la règle d’orthographe ou de grammaire s’affichera à nouveau, l’astuce créée ou choisie sera en bonne place.

La meilleure façon de mémoriser un message est de le personnaliser.

C’est maintenant à vous de jouer !

 

 

 


33 réponses à Des astuces collaboratives dans le Projet Voltaire

  1. pacheco dit :

    Bonjour, est il possible de récupérer nos mémo de règles?
    Merci

  2. Vasse Pierre-Alexandre dit :

    Bonjour,

    J’aimerais savoir pourquoi les mots « interpeller » et « appellation » ont un double « l » et que, malgré cela le « e » se prononce « e » et non « è ». Ma question est-elle claire? Pas sûr!
    Merci quand même…

  3. Line dit :

    Bonjour, j’utilise régulièrement l’aide du site « Projet Voltaire », dans le cadre de mon travail. Votre site est une aide précieuse au quotidien. Mais là, ce service en ligne est juste top ! Merci beaucoup.

  4. Guy BRIAND dit :

    Suis à la recherche d’un site corrigeant les anglicismes et dont Télématin et RTL entre autres, s’entichent : discount – standing ovation – followeur (Leymergie en raffole) – boost – crasher … etc. Egalement, d’un site de traduction anglais/français fiable, intelligent …

    Des suggestions ???

    GuyMerci

  5. chretien alain dit :

    est-il possible d’avoir une alerte quand je rédige mes courriers électroniques concernant mes fautes d’orthographe ,merci d’avance.

    • Sandrine dit :

      Bonjour, comme je l’ai indiqué précédemment à Pierre qui m’avait posé la même question que vous, la plupart des messageries électroniques comportent un correcteur orthographique qui permet d’identifier les principales fautes au fur et à mesure de la rédaction du courriel. Je vous invite à vérifier que la vôtre en est bien équipée (peut-être faut-il l’activer dans les paramètres). Bon dimanche et à bientôt.

      • Madmarsu dit :

        Je n’y pense qu’aujourd’hui :
        Vous n’êtes pas obligé(e) d’écrire vos messages dans votre messagerie : qu’est-ce qui vous empêche de le faire dans un logiciel de traitement de texte qui, lui, a en principe tous les outils nécessaires à une bonne rédaction ?
        Néanmoins évitez Word (il transforme les apostrophes, entre autres) sauf à le paramétrer finement sur les règles orthographiques et grammaticales (beaucoup d’options par défaut sont fausses, comme laisser passer les majuscules non accentuées, accepter les néologismes et règles de la réforme de 1990, etc.), un outil gratuit et à source ouvert (OpenOffice, SunOffice, etc.) fera très bien l’affaire.
        En plus il en existe des versions « portable » (portatives, donc) qui permettent de les emporter sur une clé USB ou autre support amovible, sans installation. De quoi l’avoir toujours avec soi !

        http://translate.google.com/translate?client=tmpg&hl=en&langpair=en|fr&u=http%3A//portableapps.com/ ou mieux le francophone http://framakey.org/Portables/Index vous seront précieux pour ce genre de logiciels.

        HTH (en Français EEQÇVA), M.

        • Sandrine dit :

          Vous avez raison, il est possible de faire un « brouillon » sous traitement de texte que l’on soumet à un correcteur orthographique puis de copier-coller le tout dans un mail. Un grand merci pour les références que vous citez, elles seront utiles à nos lecteurs.
          Cependant, cette solution ne conviendra pas aux plus « pressés » d’entre nous… De plus, les correcteurs classiques ne sont pas fiables, quand ils ne nous poussent pas à faire des fautes ! Word, que vous conseillez d’éviter, considère que la phrase « ils se sont succédé » est fautive ! (mais je l’ai peut-être mal paramétré). Rien ne vaut donc une relecture attentive par un oeil humain averti, grâce notamment, aux entraînements du Projet Voltaire ! CQFD 🙂

  6. Pierre PREVOT dit :

    A titre de particulier, est il possible d’avoir, pour mes courriers electroniques, un « avertissement » en cas de faute d’ortographe ?

    Merci d’avance

    Pierre
    Desole pour les absences d’accents, mon ordinateur et moi sommes en guerre.

    • Sandrine dit :

      Cher Pierre,
      La plupart des messageries électroniques comportent un correcteur orthographique qui permet d’identifier les principales fautes au fur et à mesure de la rédaction du courriel. Je vous invite à vérifier que la vôtre en est bien équipée (peut-être faut-il l’activer dans les paramètres). J’espère que vous finirez, vous et votre ordinateur, par faire la paix (avec les accents) ! Bonne journée et à bientôt.

      • Pierre PREVOT dit :

        Merci pour les conseils je vais essayer ca.
        Pierre

        • Madmarsu dit :

          De plus, certains navigateurs (Safari, Firefox, Chrome, Opera) sont capables de détecter pas mal d’irrégularités. Ça peut aider.
          Mais si vous êtes sous Windows, [Windows]+R charmap [Entrée] devrait vous aider. soit à copier/coller, soit mémoriser les codes ascii des caractères accentués ou diacritiques (comme ì ou À).
          Sur Mac et Linux, le visualiseur de clavier (avec clavier virtuel) vous sera d’une grande aide également.
          Vous pourrez même en profiter pour les mettre sur les majuscules à l’occasion ! :^)

          M.

  7. LEBON dit :

    bonjour, vraiment ras-le-bol des fautes sans cesse renouvelées sur toutes les antennes audio ou télévisées comment voudrions-nous que nos gamins parlent, écrivent correctement le français alors que nos journalistes (dont je faisais partie mais très sensible à ma langue et à ses contraintes énormes certes) , nos hommes et femmes politiques sont incapables de le faire????? et je ne parle pas de toutes ces émissions complètement imbéciles et stupides de « télé réalité » qui rendent le cerveau de nos enfants complètement incultes (pas toujours facile pour les parents d’être présents lors de leurs transmissions, travail obligatoire pour les nourrir!). CE SONT LES SOURCES D’INFORMATIONS QUI DOIVENT MONTRER L’EXEMPLE AVANT TOUT!!!! PLus rien ne va dans ce monde de dingues!

    • Sandrine dit :

      Chère Chantal,
      Merci pour ce « coup de gueule » matinal. Comme vous, le Projet Voltaire constate la négligence de certains médias envers la langue française, tout en essayant de « positiver », c’est-à-dire d’en tirer des leçons. Je vous invite à vous rendre sur notre page Facebook http://www.facebook.com/Projet.Voltaire : nos fans y partagent les fautes qu’ils rencontrent, notamment dans la presse et dans les journaux télévisés. Cela permet de « dédramatiser » ces erreurs (qui pourraient être les nôtres) et surtout de veiller à ne pas les reproduire ! Bonne journée (quand même) et à bientôt.

      • Madmarsu dit :

        Merci Sandrine de ce rappel des bienfaits du PV 🙂
        Au passage, je n’ai toujours pas réussi (malgré 2 échanges de mail avec nos académiciens, qui répondent fort vite d’ailleurs) à savoir si l’on doit écrire média/médias ou medium/media (sans accent). J’ai tendance à privilégier l’original latin mais ai très souvent des remarques sur son pluriel (en a et non as).
        Que conseilleriez-vous ?

        P.S. Je prends souvent photo des affiches, devantures, etc. comportant faute ou bizarrerie. Je les publie généralement sur Twitter avec la mention #RelisezVous, je tâcherai de penser à les envoyer sur votre page également.

        • Sandrine dit :

          Bonjour Madmarsu,
          Voici quelques informations, qui, je l’espère, permettront de tirer cette épineuse question au clair :
          – le nom pluriel latin « media » est issu de l’expression anglaise : « mass media » qui signifie « moyens d’information touchant un vaste public ».
          – « media » s’emploie de plus en plus sous la forme francisée et réduite : « un média », « des médias ». Cela signifie donc que l’on accorde et que l’on accentue ce nom sur le modèle des autres noms français.
          – medium (ou médium) s’emploie rarement comme singulier dans ce sens (sauf au Canada !). En effet, il pourrait être confondu avec le médium qui entre en contact avec les défunts (au pluriel « médiums »).
          En conclusion, les formes « média » et « médias » sont bien entrées dans le langage courant et il est tout à fait correct (et même recommandé !) de les employer. Bien sûr, on est tout à fait libre d’utiliser les anciennes formes, mais au risque d’être accusé de pédantisme (de même, les journalistes qui continuent de dire « scenarii » au lieu de « scénarios » en agacent certains).
          Avec plaisir pour que vous partagiez vos trouvailles sur notre page Facebook dont je vous mets le lien si besoin http://www.facebook.com/Projet.Voltaire
          A bientôt !

          • Roger Vizion dit :

            Bonsoir,

            Mille mercis pour vos précieuses lumières.

            Je réagis comme vous sur  »scénarii ». J’entends soudain un canari me piailler entre les oreilles…

            Et je me demande à chaque fois si ces gens-là demandent à leurs rejetons de finir le raviolo qu’il reste dans leur assiette !

            Allez ! bon courage !

          • Sandrine dit :

            Excellent le coup du « raviolo », je le recaserai, merci Roger !

          • Madmarsu dit :

            Merci Sandrine de ces éclaircissements !
            Et du conseil de préférer ce qui blesse le moins les gens, car même s’il faut parfois résister sur certaines dérives, il ne sert de rien de « bloquer » les personnes : cela ne fait qu’aggraver les choses, en fin de compte.

            scenarii est employable uniquement sans accent (ou alors avec l’accent italien ;^)), et dans un contexte d’une audience multilingue (voire polyglotte). Sinon cela passe facilement, en effet, pour pédantisme. Étonnant qu’il n’en soit pas de même pour nombre d’autres mots d’origine étrangère, mais bon.

            Je me souviens de ma prof’ de Français en Seconde (en 1982) qui nous disait « Et au fond, pourquoi pas : un geranium, des gerania ? » Pourquoi pas, en effet. Reste à savoir si l’on veut véhiculer une image de « personne aimant connaître l’origine des choses », ou de « passéiste ». La différence est difficilement perceptible pour une grande partie de la population !

            Sur ce, je vais voir où j’en suis de mes abonnements aux pages FB 🙂

    • fabito dit :

      Dans le projet Voltaire pourquoi ne pas parler aussi de ces des ! et des ? intempestifs ?

      • Sandrine dit :

        Bonjour, pouvez-vous nous donner quelques exemples de ces utilisations intempestives ? À l’inverse, je remarque souvent des « ? » manquants à la fin de phrases qui sont bien des questions.

        • fabito dit :

          C’était à la suite du commentaire de LEBON (18 septembre) et de la multiplication de ses ?.
          De plus en plus les emails sont remplis de ?????? ou de !!!!! ce qui est un erreur.
          Qu’en pensez-vous ?
          Less is more….. Non ?

          Meilleurs messages
          Fabito

          • Sandrine dit :

            Bonjour Fabito, je suis tout à fait d’accord avec vous, il ne faut pas abuser des signes de ponctuation. Un « ? » ou un « ! » suffit amplement à ponctuer une interrogation ou une exclamation, sauf à vouloir produire un effet de style, notamment pour traduire une profonde surprise ou grande incompréhension, et ce, dans un langage oral / familier. Bonne fin de journée et à bientôt !

          • Madmarsu dit :

            Il est vrai que ces signes de ponctuation ne devraient pas être répétés ; mais l’usure des mots s’appliquant aussi à la ponctuation, on les trouve souvent en surnombre.
            Pour ma part il m’arrive d’en mettre plusieurs, mais dans deux cas seulement : « ?! » et « !? » (avec leurs espaces insécables insérées aux bons endroits, à savoir de part et d’autre). L’un pour l’étonnement, l’autre pour l’agacement.

            Mais de même que l’on entend le terme « trop » pour « très », « très » ayant pris le sens de « beaucoup » alors qu’il signifiait « le plus », de même un point d’exclamation seul semble ne plus faire le poids.
            Logique lorsque l’on vit dans un monde qui vit « à 200 % »: Plus que le tout, qu’est-ce, sinon trop justement ?

            M.

  8. ROGOS dit :

    Bonjour,
    Je travaille assidûment sur livre pour préparer mon passage de la certification voltaire et je n’en suis pas encore au stade de proposer des astuces sur votre site.
    Par contre, je constate avec cette fenêtre « laissez un commentaire » sur laquelle je m’exprime, que vous avez conservé pour moi une adresse mail erronée : pouvez-vous la corriger s’il vous plait dans TOUS vos fichiers : dorénavant gmail.com (où vous m’avez correctement adressé votre message) et non plus neuf.fr (adresse de contact figurant dans ce message sur la fenêtre « laissez un commentaire ») … un lien informatique semble encore à faire.
    En vous en remerciant par avance.
    Cordialement

    Dominique ROGOS

    • Sandrine dit :

      Bonjour Dominique, normalement c’est vous qui renseignez l’adresse mail en écrivant votre commentaire. Nous nous occupons néanmoins de faire les modifications.

    • Madmarsu dit :

      Bonjour Dominique,
      s’il fallait attendre d’être au plus haut niveau pour proposer de l’aide aux autres, on serait encore dans les cavernes à l’âge de pierre.
      Ne vous limitez pas en créativité : si vous trouvez une astuce pour mémoriser une règle qui vous semblait difficile à retenir, n’hésitez pas à l’écrire au moins pour vous, et à la partager sans hésitation : il y a fort à parier qu’elle sera utile à d’autres !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *