Acquérir, conquérir, s’enquérir, requérir : pourquoi sont-ils si durs à conjuguer ?


Le vendredi 4 juillet 2014, la France a été éliminée de la Coupe du monde de football en quart de finale contre l’Allemagne. Comme si la douleur n’était pas assez forte, Didier Deschamps et Mathieu Valbuena ont remué le poteau dans la pelouse en tentant de conjuguer le participe passé du verbe « acquérir ».

« Les joueurs ont acquéri de l’expérience », a expliqué le sélectionneur des Bleus lors de la conférence de presse. « Les joueurs ont reconquéri le public de France », a renchéri le milieu de terrain.

Loin de nous l’idée d’accabler une nouvelle fois les footballeurs, qui sont régulièrement raillés pour leurs entorses… à la langue de Molière, mais plutôt d’en profiter pour rappeler la conjugaison particulièrement capricieuse des verbes dérivés de « quérir » (qui, lui, n’est employé qu’à l’infinitif).

Ici, les verbes « acquérir » et « conquérir » ont été confondus avec des verbes du 2e groupe dont les participes passés sont réguliers, c’est-à-dire qu’ils se forment sur le radical de l’infinitif auquel on ajoute la terminaison –i.

Or, « acquérir » et « conquérir » sont des verbes du 3e groupe dont les participes passés sont irréguliers. C’est la raison pour laquelle les joueurs ont acquis et ont reconquis

Ah ! si les choses étaient si simples. En réalité, c’est toute la conjugaison des verbes en « quérir » qui nous donne du fil à retordre !

Souvenez-vous, le 9 février 2014, Jean-François Copé postait le tweet suivant : « Ma mission c’est de tout faire pour que notre famille politique reconquérisse le cœur des Français aux prochaines élections. »

L’erreur de conjugaison avait provoqué un certain émoi dans la twittosphère, pourtant habituée aux fautes de français de nos politiques, comme dernièrement celles de Ségolène Royal.

Dans notre exemple, l’ex-président de l’UMP (ou, espérons-le, un de ses stagiaires) a aussi pris « conquérir » pour un verbe du 2e groupe, comme « ravir », par exemple. Il aurait été juste d’écrire : « Ma mission, c’est de tout faire pour que notre famille politique ravisse le cœur des Français aux prochaines élections. »

Sauf que « conquérir » donne, à la 3e personne du singulier du subjonctif présent, « conquière ». Le tweet correct est donc : « Ma mission, c’est de tout faire pour que notre famille politique reconquière le cœur des Français aux prochaines élections. »

Attention à bien distinguer « conquière » du présent de l’indicatif « conquiert ». Autre difficulté, le « r » se double au futur et au conditionnel : « je conquerrai », je « conquerrais » (ce qui permet d’éviter toute confusion avec l’imparfait « je conquérais »).

Nous ne saurions trop vous conseiller de jeter un œil (voire deux) à la conjugaison complète des verbes dérivés de « quérir » ou d’utiliser un synonyme lorsque c’est possible (« demander » pour « requérir », « s’informer » pour « s’enquérir », etc.) !

 

Sandrine Campese


4 réponses à Acquérir, conquérir, s’enquérir, requérir : pourquoi sont-ils si durs à conjuguer ?

  1. CATHERINE dit :

    Bonsoir,

    Je vais regarder vos explications de plus près dès demain…
    Cependant, pourriez-vous nous donner une aide pour se rappeler comment conjuguer le verbe « résoudre » qui devient parfois le verbe « résolver » ??? oui, ouille pour les oreilles mais bon, faut voir la réalité en face…

    Mille mercis par avance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *